Examens officiels: les frais payables par mobile money

0
21
TO GO WITH Lifestyle-IT-India-business-village FEATURE by Ammu Kannampilly In a picture taken on November 18, 2010 a neigbhourhood shopkeeper writes down transaction details after transferring money for customers using text commands on a mobile phone in New Delhi. India's hunger for new technology is as sharp in its countless small villages as in its shiny office towers or shopping malls -- and businesses are waking up to an area of massive potential growth. Specific designs being aimed at Indian villagers include a mobile phone cash-transfer system, robust low-energy refrigerators and a clever twist on the humble kitchen stove. AFP PHOTO/Manpreet ROMANA (Photo credit should read MANPREET ROMANA/AFP/Getty Images)

Une convention a été signée dans ce sens vendredi dernier entre le ministre des Enseignements secondaires et quatre opérateurs.


Source: Cameroon-Tribune


Au ministère des Enseignements secondaires, tout est mis en œuvre pour assurer la réussite des prochains examens officiels, dès la session 2019. Vendredi dernier à Yaoundé, Nalova Lyonga, chef de ce département ministériel a procédé à la signature de conventions avec quatre opérateurs de paiements mobiles (Orange Cameroun, MTN Cameroun, Express union et Campost).

Elles portent sur la concession de la collecte et de la comptabilisation des contributions exigibles et des frais d’examen.

Alain Brice Tiki, chef de la division des projets et de la planification au Minesec, est revenu sur les spécificités de ce nouveau système. Selon lui, les opérateurs mettront sur pied des procédures techniques facilitant le paiement des frais d’examen exigibles. « Il s’agit, entre autres, de mettre un système décrivant en temps réel l’état des paiements des frais d’examen mis à la disposition des établissements scolaires.

Y suivront les habilitations données aux chefs d’établissements en vue de l’authentification et la validation des différentes opérations », a expliqué le responsable.

Pour Nalova Lyonga, la nouvelle vision de son département ministériel se résume en deux mots : Ecole propre. Est propre tout ce qui est fluide, clair, limpide, net et cette convention conduit à plus de visibilité dans les actions et procédures liées au frais des examens. Une initiative appréciée par les chefs d’établissement.

« Cette convention vient ainsi mettre fin aux problèmes d’argent détourné soit par les élèves, soit par certains arnaqueurs qui rôdent dans les établissements lors du payement de ces frais », s’est réjoui Elisabeth Ntonga, proviseur du Lycée général Leclerc.


Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.