Coopération Cameroun – Chine: Cap sur l’industrialisation

0
102

L’Empire du Milieu va accompagner Yaoundé dans la mise en œuvre de son plan directeur d’industrialisation.


Source: Cameroon-report, Pierre NGOM


Tout s’est noué lors de la visite de Paul Biya en Chine du 22 au 24 mars 2018. Visionnaire, le Président de la République a obtenu de la Chine, son partenaire stratégique, un accompagnement en matière de «développement des ressources humaines et le transfert de technologie» et sur le «renforcement des capacités de production». A cette occasion, les deux pays ont en effet signé respectivement, sur ces deux questions déterminantes pour l’industrialisation d’un pays, un mémorandum d’entente et un accord. Et c’est pour faire le suivi de l’accord sur le renforcement des capacités de production qu’une importante délégation de la Commission nationale du développement et de la réforme de Chine a séjourné à Yaoundé lors des tout derniers jours. Le 28 juin, cette délégation forte de 18 membres a eu une séance de travail avec le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat). A l’issue de cette réunion, les deux parties ont identifié les secteurs où interviendra l’accompagnement de l’Empire du Milieu. Il s’agit de l’énergie, du secteur minier, des transports et des télécommunications.

«Le Cameroun a engagé son processus de transformation économique et voudrait, dans le cadre des infrastructures qui ont déjà réalisées (en l’occurrence le Port en eau profonde de Kribi) et en relation avec des zones économiques spéciales, attirer davantage des infrastructures industrielles qui seraient supportés par des partenaires industriels chinois», explique le Minepat. «Nous avons aussi envi de poursuivre cette coopération en mettant un accent sur les partenariats public – privé pour la réalisation des infrastructures routières, de télécommunications et surtout pour l’exploitation de notre secteur minier», poursuit Alamine Ousmane Mey qui explique : «Il est certain que les ports, les routes… qui font l’objet d’une attention soutenue de la part de notre partenaire stratégique, la Chine, ne seraient davantage exploités que si nous avons des investissements portés par le secteur privé pour la transformation de nos richesses naturelles». C’est pourquoi, conclut le ministre, «le Cameroun avec son Plan directeur d’industrialisation (PDI) va mettre à disposition tous les atouts dont il dispose pour attirer les investisseurs».

Le PDI est appelé à traduire dans la réalité l’ambition de faire du Cameroun un pays émergent en 2035. Il est la boussole de l’action gouvernementale pour assurer de manière méthodique et rationnelle, l’industrialisation de notre pays et son ambition d’émergence. En phase avec la logique de faire du Cameroun, l’usine de la nouvelle Afrique industrielle à l’horizon 2050, il reste cohérent avec l’Agenda 2063 de l’Union africaine, qui met en priorité la transformation des ressources naturelles africaines en Afrique. Le PDI est structuré autour de trois sanctuaires industriels nationaux (agro-industrie, énergie et numérique), et cinq piliers industriels structurants (foret/bois ; textile/confection/cuir ; mines/métallurgie/sidérurgie;  hydrocarbures/pétrochimie/raffinage ; chimie/pharmacie).


Facebook Comments