Paul BIYA accusé d’avoir plagié le slogan de campagne de feu Omar Bongo*

0
622

C’est sans doute l’un de ces moments de campagne électorale qui restera dans les annales de la présidentielle 2018 au Cameroun.

En présentant sa campagne sous le slogan « La force de l’expérience », le chef de l’Etat camerounais Paul Biya, candidat à sa propre succession à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 au Cameroun vient de plagier le slogan de campagne de novembre 2005 de feu Omar Bongo du Gabon

Plusieurs internautes ont repéré la supercherie

Ils se sont rapidement aperçus que « La force de l’expérience », slogan de campagne de Paul Biya ressemble comme deux gouttes d’eau à celui publié au Gabon en novembre 2005 par le feu Omar Bongo lors de sa dernière campagne présidentielle qu’il avait remporté avec 79,18 % des suffrages.

Non seulement le graphisme est identique, le texte figurant sur un portrait de Paul Biya est entièrement copié-collé. « À part les couleurs de l’affiche, c’est exactement la même chose , « écrit un internaute qui a publié une comparaison des deux affiches sur les réseaux sociaux. »

Des remarques qui ont fait rire de nombreux internautes étant donné le goût prononcé du pouvoir de Yaoundé qui a pour habitude de minimiser « les reproches à son égard faits par le peuple » écrit un autre internaute.

D’autres internautes ont repéré un autre problème

Les véhicules estampillés des images du chef de l’Etat camerounais ne sont que de la pure imitation du candidat Serge Espoir Matomba qui lui, est le premier à présenter au public un bus peint à son image avec ses slogans de campagne.

Les mauvaises langues ajoutent de façon plus anecdotique que Paul Biya, 36 ans au pouvoir n’est plus lucide quant à la sélection des slogans proposés par son équipe de campagne.

A l’état-major du candidat Paul Biya, personne n’ose se prononcer sur ce plagiat

L’on espère tout simplement que le directeur de campagne de Paul Biya, reconnaîtra la supercherie.

(*) Le titre est de la rédaction d actu-plus.cm


Source: Camer.be, Hugues SEUMO


Facebook Comments