Contentieux post-électoral: « Le jeu de KAMTO a cessé d’être amusant » – Dieudonné Essomba

0
123

L’économiste a ainsi réagi sur la première journée de l’examen des recours par le Conseil Constitutionnel hier, où Maurice Kamto et son collège d’avocats se sont investis à démontrer les cas de fraudes et irrégularités constatés lors du scrutin présidentiel du 7 octobre 2018.

Dense et animée dans l’ensemble, tumultueuse pour les uns, et décisive pour les autres. Telle est l’ambiance qui règne depuis hier, mardi 16 octobre 2018, à la Cour constitutionnelle. Le Magistrat Clément Atangana et ses collègues de cette auguste Juridiction examinent depuis hier, les recours en annulation partielle ou totale des élections du 7 octobre dernier, relativement aux 18 requêtes introduites par certains candidats des partis politiques de l’opposition, à savoir Maurice Kamto du Mrc, Cabral Libii de l’Univers et Joshua Osih du SDF.

Ce mardi 17 octobre, l’examen desdits recours se poursuit, depuis 09h30. Après une première journée particulièrement animée, ouverte hier au siège du Conseil constitutionnel à Yaoundé, où l’audience qui a débuté  a été renvoyée à ce matin, alors que les avocats du MRC présentaient leurs preuves de fraude et irrégularités, bureau de vote après bureau de vote dans certaines régions du pays. Des preuves jugées « pertinentes » par certains   observateurs et analystes politiques ne laissent d’autres indifférents.

Pour l’économiste Dieudonnée Essomba, « Kamto et ses avocats commencent à agacer l’élite bureaucratique camerounaise », et ainsi, son « jeu a cessé à être amusant ».

Ci-dessous l’intégralité de sa réaction faite sur son compte facebook:

KAMTO ET SES AVOCATS COMMENCENT A AGACER L’ELITE BUREAUCRATIQUE CAMEROUNAISE

Actuellement, les élites bureaucratiques camerounaises, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, attendent impatiemment le fruit de leur soutien à Biya, chacun en fonction de ce qu’il lui a apporté dans sa localité.

Chacun calcule ses probabilités d’être maintenu ou d’être appelé au Gouvernement.

Leur préoccupation est simple : un remaniement ministériel rapide récompensant les plus fidèles, suivi des nominations dans d’autres postes juteux.

Bref des avantages leur permettant de vivre dans le luxe !

Et bien loin du bavardage devant la Cour Constitutionnelle, chacun mobilise ses amitiés, consulte son magicien, organise des messes d’action de grâce !

KAMTO n’a pas conscience de l’agacement qu’il suscite à cette élite impatiente et inquiète !

Ses avocats évoquent des manquements qui sont peut-être fondés, mais les élites les trouvent absolument mineurs et d’ailleurs, chacun craint qu’une décision de la Cour Constitiutionnelle vienne dégrader les résultats qu’il a obtenus dans sa localité et qui constitue un puissant argument pour avoir un bon poste !

En réalité, le jeu de KAMTO a cessé d’être amusant !

Dieudonné ESSOMBA


© Actu-plus.cm, OLBIF


 

Facebook Comments