Fécafoot : qui va gagner le match dans la bataille de succession au sommet ?

0
101

Le mandat du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) arrive à son terme le 16 décembre 2018. Le nouvel exécutif élu de l’instance faîtière du football national prendra dans la foulée le relais après le processus électoral qui devra en désigner le président exécutif.

Parmi les candidats en course dans cette bataille pour le succession de Tombi à Roko Sidiki on compte Gérémi Sorel Njitap Fotso, ancien international des lions indomptables et actuellement président du syndicat national des footballeurs camerounais (Synafoc), qui aurait le soutien du ministre des Sports Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, lequel naguère avait indéfectiblement soutenu Tombi à Roko Sidiki ; Gilbert Kadji, fils du défunt milliardaire Joseph Kadji Defosso dont l’ambition reste floue, quoique Michel Kaham, ancien haut cadre de la Kadji sports academy ( Ksa ) ait démenti cette éventualité.

Un front anti Tombi « Tout le monde sauf Tombi à Roko « s’est constitué à l’effet de contrecarrer une éventuelle velléité du poulain de Iya Mohammed de se porter candidat. Quoique cette entente milite pour le retour de l’ancien exécutif de 2009, cependant avec une présidence intérimaire assurée par John Begheni Ndeh, de l’alors premier vice-président de Iya Mohammed.

À côté de ces illustres personnages, des antagonistes tels Attah Robert Behadza (Directeur technique national adjoint N° 2) et Jules Frédéric Nyongha, ancien entraineur sélectionneur des lions indomptables, qui avaient déjà déclaré leurs candidatures dans le processus électoral annulé par décision du Tribunal arbitral du sport (Tas) en aout 2017.

La Fécafoot ayant tenu son assemblée générale extraordinaire le10 octobre 2018, ceci constitue une avancée significative dans le toilettage de son exécutif fédéral. Elle aura été traversée ces temps derniers par une crise qui avait dû conduire à l’annulation de son processus électoral en 2017 ayant généré l’élection controversée de Tombi à Roko Sidiki.

Ses contempteurs au rang desquels les plus emblématiques, Abdouraman Hamadou Babba, Domingo Akoué Epié,( le président de Jeunesse Stars) avaient dû porter l’affaire devant le Tribunal arbitral du sport à Lausanne en Suisse.


© Le Courrier


 

Facebook Comments