Maurice Kamto : De l’imposture au déshonneur! – Charles Atangana Manda

0
169

L’auto-statufié et auto-intronisé, M. Maurice KAMTO, dans le grotesque et l’inadmissible de son acte, véritable déni démocratique et anti – Républicain, revêt désormais, la honteuse et ubuesque image, d’un amateur politique, narcissique et égocentrique, en mal de gloire. Un homme qui tombe définitivement le masque, pour révéler son destin tragi-comique, assimilable au destin du crapaud qui se prenait pour un boeuf !

M. KAMTO, s’est déclaré  » élu Président de la République du Cameroun, à l’issue de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018″ , et ce, en violation des dispositions légales, des lois et règlements de la République, dans l’insouciance absolue de la Constitution du Cameroun, la loi fondamentale… Fait très aggravant : en violation et au mépris de l’incontestable et de l’indiscutable vérité des urnes !

CE QUE JE CROIS

Au cœur de la République, nous sommes là devant un cas de délire politique et d’aigreurs publiques, dangereusement excipés par un sous doué politique, qui joue avec le feu sur le dos du Cameroun !

Ce Monsieur sait pertinemment qu’il a lamentablement échoué dans sa tentative de se faire élire à la tête de l’État du Cameroun. Il sait que les suffrages valablement exprimés en sa faveur sont une véritable peau de chagrin. Il sait que sa campagne présidentielle a été émaillée de polémiques et de controverses à tous les étages. Il sait que le pourcentage des Camerounais ayant voté pour lui, à la lumière des différentes tendances, le largue loin, trop, trop loin, derrière… Derrière le raz – de – marrée, que dis – je, loin, trop, trop loin, derrière la razzia, des vagues blanches réalisées par le RDPC et son candidat, Paul BIYA !

Dès lors, se proclamer Président du Cameroun, dans les conditions théâtrales et folkloriques actées par M. KAMTO, est à la fois inadmissible et intolérable !
Cela, à bien y voir, impose au moins, une réflexion au triple plan légal et moral, politique et social, stratégique et socio – humain :

1. D’abord au plan légal et moral, en voilà un, qui voulait diriger le Cameroun, et qui se permet de jouer avec la loi fondamentale de notre Nation !

La Constitution du Cameroun, les lois et règlements de la République, réglementent clairement et efficacement, les normes et pratiques des compétitions démocratiques électives et référendaires au Cameroun. Nul n’a le droit de s’en départir, nul ne saurait se croire au dessus de la loi !

Inutile de rappeler que cet homme fait grand bruit sur son parcours d’enseignant du droit. Il se gargarise dessus au quotidien, au point d’étonner aujourd’hui, même dans son propre camp, sur sa fébrilité, sa vanité et sa boulimie du pouvoir, au mépris de la loi, du droit, et, des devoirs et obligations citoyens et Républicains !

Quid de la dimension morale de M. KAMTO ?

Eh bien, la réponse est dans la question ! Et, entre autres bonnes raisons objectives et pertinentes, c’est aussi pour cela, que les Camerounais ont massivement plébiscité Paul BIYA, le 07 octobre 2018, dans le cadre de l’élection présidentielle, sanctionnant l’onction de la souveraineté du peuple, à un grand homme d’État, à savoir : Paul BIYA, pour le prochain septennat dans notre pays. Les questions d’éthique, de bonne moralité, d’honnêteté, ensemble, du sens de l’intérêt général, du sens de l’honneur…Sont ainsi remises au goût du jour, au plus fort de l’imposture de Maurice KAMTO !

2. Au plan politique et social : le malheureux candidat à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 au Cameroun, étale aux yeux du pays et du monde, le modèle achevé de l’imposture et du déshonneur !

M. KAMTO, fait gravement preuve d’un insoutenable et inadmissible manque de fair play démocratique, de manque de culture démocratique, de méconnaissance et de manque de maîtrise de l’environnement socio – politique !

Il a été laminé, comme tous les autres candidats, par Paul BIYA; au lieu de reconnaître dignement sa défaite, pour sa première participation à une élection présidentielle, il choisit de faire un grand saut dans le vide !

Le gangstérisme et le grand banditisme médiatico – politique, ou, politico – médiatique, usité par sieur KAMTO, candidat très malheureux à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, pour se rappeler à la conscience collective nationale et internationale, et par là-même, éviter de disparaître de la scène, comme il était venu, dans l’anonymat absolu, après la proclamation des résultats du susdit scrutin, par la Cour Constitutionnelle, seule instance de droit y habilitée… En rajoute à son option pour un honteux et ridicule bras d’honneur à la démocratie et à la République !!!

En choisissant de fanfaronner devant les médias nationaux et surtout internationaux – avec une voix mal assurée – on le voit, presque chancelant, pâle et ténébreux – pour se déclarer précipitamment et fort bruyamment vainqueur, dans un grotesque mensonge politique et public, il espère jouer les troubles-fêtes, pour rendre amère l’éclatante victoire de Paul BIYA, et gâcher la joie légitime du peuple grandement majoritaire ayant soutenu le candidat BIYA; jouer les troubles-fêtes et tenter de perturber l’entrée dans le nouveau septennat.

M. KAMTO, une fois encore, démontre à ciel ouvert, qu’il ne connaît, ni le Cameroun, ni le peuple Camerounais ! Il s’est tout seul, mis le dos au mur, il s’est planté le doigt dans l’œil ! Il s’est mis tout seul dans le mauvais sens de l’histoire ! Il en ressortira toute honte bue, sans gloire, ni honneur, car il a glissé sans retenue aucune, de l’imposture au déshonneur !!!

3. Au plan stratégique, ses clins d’œil aux chancelleries internationales, son petit jeu  » à la Jean Ping », le Gabonais, sur le théâtre politique Camerounais, etc., tout cela fait vraiment rire, car, et, M. KAMTO le sait très bien, son score au sortir du scrutin présidentiel est ridicule pour lui, voire humiliant !

Le peuple Camerounais l’a désavoué, et, a massivement choisi Paul BIYA, et M. KAMTO le sait. Exactement, comme à l’époque où il séjournait comme sous-ministre au Gouvernement, alerté par son parrain, alors très proche collaborateur du Chef de l’État, de ce que sa sortie dudit Gouvernement n’était plus qu’une affaire de quelques heures, pour éviter la honte, il se précipita, en annonçant sa  » démission.  » Eh bien, conscient du désaveu criard du peuple camerounais, seul souverain, à son égard, M. Maurice KAMTO, s’est précipité hier, comme à son habitude, pour se déclarer vainqueur !

Dans la laideur de son acte, se mêlent, et s’entremêlent : dégoûtant, abject, vomissures, intolérable et inacceptable !!! M. KAMTO est tombé de très haut, très bas au sortir des urnes le 07 octobre 2018 !

Sa horde d’éboueurs et d’aboyeurs, violents et tonitruants sur les réseaux sociaux, sa bande de mutants sur la toile, à l’insulte et à l’anathème teintés de diablerie et de satanisme, ses fanatiques affidés et autres bandes ethnofascistes – tribalistes à la diable, l’ont bien enfoncé, en présentant très vite, son vrai visage aux yeux du peuple camerounais !

M. KAMTO a été laminé par le candidat du RDPC, Son Excellence Paul BIYA, le 07 octobre 2018, lors du scrutin présidentiel. Et KAMTO, et tous les autres six ( 06 ) candidats, ont reçu la même déculottée : tout le reste n’est qu’une abominable mauvaise foi ! Les pays amis du Cameroun sauront aviser ! Au demeurant, M. KAMTO ne fait rire personne ! Si, si, si, assurément si, eh oui : le vainqueur légitime et légal de ce scrutin présidentiel : le Président Paul BIYA !

LA SUITE DES ÉVÉNEMENTS

Ce qui va se passer à présent ?

Très exactement ce que prévoit la Constitution du Cameroun, le Code Électoral, toutes les lois et règlements de la République en la matière ! Le farceur, médiatico – politique, M. KAMTO, a déjà réussi à faire parler de lui, eh bien, c’est pas si mal pour lui !

C’est le seul succès qu’il se reconnaîtra, à la fin des procédures légales, citoyennes et Républicaines, il pourra au moins se souvenir de ce qu’il avait voulu forcer le destin, mettant l’anathème sur la République, sur la Nation entière, sur la mère Patrie, et, son aventure n’a naturellement, pas pu prospérer !

La République fera barrage à l’imposture, au clientélisme, et à la mafia ! Tous les Camerounais savent que des forces tapis dans l’ombre soutiennent ces aventuriers qui veulent mettre à mal la paix sociale dans notre pays. Des forces endogènes et exogènes sont derrière les fanfaronnades de l’auto-statufié et auto-couronné Maurice KAMTO.

Dans le grotesque et l’inadmissible de son acte, j’insiste dessus, M. KAMTO revêt désormais l’image d’un sous doué politique, narcissique et égocentrique, qui joue avec le feu sur le dos du Cameroun !
Son aventure ne prospérera pas !
Les Camerounais connaissent déjà son score au sortir du scrutin présidentiel !
Il a fait grandement échec et mat !
Il peut continuer à animer la galerie, mais, qu’il sache une chose :
On ne s’amuse pas impunément avec le Cameroun !

( é ) Charles Atangana Manda


Ecrit par Charles Atangana Manda


 

Facebook Comments