Présidentielle 2018 – Opposition: Cabral Libii reste prêt pour la coalition

0
54

Le candidat du parti Univers l’a déclaré lors d’un point de presse dans la nuit de dimanche à Bafoussam.

Dans son tour du pays, le candidat Cabral Libii Li Ngué était à Bafoussam à la tombée de la nuit, le di- manche 30 septembre 2018. Après le tour de certaines artères de la capitale régionale de l’Ouest où il est arrivé après 19h, il a tenu un meeting à la place des fêtes. A l’issue duquel il a échangé avec la presse.

Interrogé sur ces meetings populaires suivis par des citoyens déclarés par ses adversaires non inscrits sur les listes électorales, le jeune candidat s’est voulu moqueur.

« Je n’écoute pas les calomnies. De moi, on a tout dit et ils continueront de tout dire. On m’a rattaché à des organisations bizarres, on m’a prêté des intentions ou des déclarations contre les musulmans, on a dit que j’étais le pion de ci et de ça, on dit que j’étais le candidat de Facebook et que je ne sortirais jamais de Facebook. J’imagine que vous êtes en train de m’interviewer sur Facebook ! On a dit que ceux qui me suivent n’ont pas de cartes d’électeurs. Je demande à chaque meeting, à ceux qui sont devant moi de sortir leurs cartes d’électeurs et souvent, le dessus de leurs têtes est noir des cartes d’électeurs. N’écoutez plus les choses que les gens racontent », rassure-t-il.

A la question de savoir comment il évalue ses chances réelles de succès et l’éventualité d’une coalition des forces de l’opposition, il a surpris plus d’un : « d’un, ces personnes qui sont devant moi, c’est elles qui vont voter et qui feront de moi le troisième président de la République du Cameroun ; de deux en ce qui concerne les alliances, je le dis depuis un an, j’ai proposé les primaires de l’opposition, personne n’a accepté ; j’ai proposé la coalition des scrutateurs, la coalition pour la surveillance du vote, personne ne m’a suivi. Je continue à proposer que les huit candidats de l’opposition se retrouvent et dégagent un candidat consensuel sur la base de critères consensuels ; je ne cesse de le dire. J’ai adressé une correspondance à chacun des candidats, j’attends toujours ».

Rêve d’un candidat dont la détermination est encadrée par des jeunes qui croient au syndrome macronien ? « Il y a des signes d’espoir. Ce matin encore (dimanche 30 septembre 2018, ndlr), j’échangeais encore avec deux candidats. Vous serez certainement surpris par l’issue de cette histoire ».


Source: Auteur


Facebook Comments