Revue de presse Nationale et Internationale du 18 octobre 2018

0
91

Présidentielle 2018. Alors que tout le Cameroun suit avec attention le contentieux électoral, les titres dans la presse de ce jour parlent d’eux-mêmes. Ainsi Cameroon Tribune titre à sa une «Contentieux électoral. Ça continue ». Le quotidien écrit : « Après un deuxième marathon consacré à l’examen du recours à l’annulation partielle du scrutin introduit par le MRC, l’audience a été suspendue hier soir. Rendez-vous ce jour pour le délibéré. Entre-temps, la requête en annulation totale du candidat Joshua Osih sera examinée à partir de 10h». Allant dans la même lancée Le jour fait une sortie avec un titre frisant l’ironie et qualifie ce contentieux électoral de  « Coup de théâtre constitutionnel ». L’audience a été suspendue hier dans la confusion. Le magistrat Essombe et les avocats de Maurice Kamto se taxaient mutuellement de mensonge. Le candidat du MRC réclame toujours l’annulation partielle du scrutin. De son côté, Baromètre communautaire choisit de faire une comparaison qui interpelle «Le contentieux électoral transformé en meeting politique », en expliquant qu’après avoir été débouté, pour défaut de qualité, dans sa demande de récusation de certains juges du Conseil constitutionnel, Maurice Kamto et ses conseils ont tenté de provoquer un incident au cours de débats, en vain. Conscient de l’irrecevabilité de leur recours, de la difficulté à fournir les preuves de leurs allégations, de la non-conformité de leurs requêtes aux dispositions légales, du non-respect des délais, certains requérants ont transformé le prétoire en une tribune pour escompter une victoire politique et les faveurs de l’opinion. Quant à lui, L’Epervier tranche « Kamto et ses avocats ridiculisés ».  Les représentants du RDPC, d’Elecam et du Minat ont démonté les présumées preuves de la fraude présentée par la dizaine d’avocats du MRC. Plus de 11 heures de plaidoirie pour rien. La défense du candidat Paul Biya apporte les preuves de sa victoire certaine du scrutin du 07 octobre. Restant dans ce contexte post-électoral Essingan se focalise sur le président du conseil constitutionnel, Clément Atangana, avec des éloges « L’expérience et la compétence au service de la nation ». C’est presque le même son de cloche du côté du côté du journal L’Essentiel « Clément Atangana écoute et réfléchit »

Télécharger le PDF


© Actu-Plus


Facebook Comments