Cameroun: pour Cavaye Yeguié Djibril, les leaders religieux ont “l’impérieux et sacré devoir de prôner la paix”

0
24

Dans son discours d’ouverture de la troisième session ordinaire, le président de l’Assemblée nationale a insisté sur le rôle des hommes de Dieu dans la préservation de la paix aux lendemains de l’élection présidentielle.

Revenant sur la présidentielle du 7 octobre dernier, le président de l’Assemblée Nationale a félicité le peuple camerounais pour sa maturité durant l’élection. Par la même occasion, il s’est insurgé contre ceux qui ont appelé au désordre et à la division.

S’il semble s’être adressé de manière générale à toutes les autorités religieuses, la récente actualité fait penser qu’il s’adresse spécifiquement aux évêques, notamment à Monseigneur Samuel Kleda. Celui-ci avait remis en cause la fiabilité des résultats de l’élection présidentielle du 07 octobre dernier.

« Si je prends le cas de l’Extrême Nord, dire que ces gens qui souffrent presque chaque année ont voté à 89 % pour ceux qui les dirigent actuellement, cela me pose sérieusement problème ! Je regarde aussi la zone anglophone où les pourcentages en faveur du parti au pouvoir sont très élevés. Au moment où on n’a pas pu faire campagne dans ces deux régions, d’où viennent ces pourcentages  » avait-il déclaré Mgr Kleda face à la presse le 23 octobre dernier.

Rejetant une telle attitude, Cavaye Yeguié Djibril, estime que les leaders religieux ont « l’impérieux et sacré devoir de prôner la paix, l’unité, le vivre ensemble et non pas de semer les germes de la discorde. Ils ont l’impérieuse et sacrée mission de véhiculer un message de rassemblement, d’apaisement et non pas d’inciter à la provocation et l’affrontement. Il leur incombe aussi la mission d’enseigner et d’éduquer les adeptes des différentes confessions, l’éducation à l’amour du prochain, la tolérance et le respect des institutions et de ceux qui les incarnent. Le respect en particulier de la volonté du peuple et la volonté de Dieu ».

Rappelons que le président de la Conférence Episcopale Nationale Mgr Samuel Kleda avait remis en cause la fiabilité des résultats de l’élection présidentielle du 07 octobre dernier.

L’archevêque de Douala avait reçu une réponse de monseigneur Jean Mbarga, son homologue de Yaoundé qui n’avait pas été d’accord avec cette sortie médiatique. « Le contentieux électoral devant le Conseil constitutionnel a permis d’évacuer tous les problèmes pouvant entacher le processus électoral relatif au scrutin du 7 octobre 2018 » avait t-il affirmé avant d’ajouter qu’ « avec la décision du Conseil constitutionnel, tout débat cesse ».


© Actu Cameroun


Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.