Me Emmanuel Simh promet une ´défense déterminée´ des 45 manifestants

0
11

Le 6 novembre, le Tribunal de première Instance de Douala-Bonanjo devra juger les 45 manifestants ayant pris part le samedi, 27 octobre 2018, à la marche pour dénoncer le hold-up électoral. Parmi eux des militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) de Maurice Kamto, candidat à l´élection présidentielle du 7 octobre ayant contesté les résultats dudit scrutin proclammés par le Conseil Constitutionnel et donnant vainqueur le président sortant à une majorité écrasante de 71,28% qui ne cesse pas d´étonner jusqu´aux plus naïfs.

Parmi les prévenus auxquels la justice camerounaise a signifié une citation à comparaitre pour le 6 novembre (date qui se révèle par ailleurs être celle de la prestation de serment du président réélu –le président de la République en place depuis 36 ans est de par cette qualité, le président du Conseil Supérieur de la Magistrature-), se trouve l´avocate Michèle Ndoki, membre de la direction du Mrc. Elle avait été molestée avec ses camarades et traînée dans un caniveau par les forces de l´ordre, avant d´être arrêtée en compagnie d´une quarantaine d´autres manifestatnts et détenue dans les services de la Police Judiciaire de Douala, d´où tous seront libérés quelques heures plus tard sous la pression de l´opinion publique.

De très graves charges pèsent sur ces militants de l´opposition et activistes qui ont souscrits au Programme de Résistance Nationale contre le hold-up électoral mis sur pied par le Pr. Maurice Kamto, dans le but de faire lâcher prise au régime de monsieur Biya dont la reconduction à la tête de l´Etat serait, selon l´opposition, plus l´œuvre conjuguée de l´organe électoral (Elecam) et du Conseil Constitutionnel qui ont avalisé les fraudes et irégularités électorales en faveur du candidat président sortant, consacrant ainsi le foulement aux pieds du véritable verdict des urnes.

Les charges en question portent sur des crimes et délits tels que :

– L´incitation à la résistance à l´ordre légitime du gouverneur du Littoral interdisant toutes les réunions ou manifestations du MRC ;
– L´apologie des crimes ou délits faisant appel à l´insurrection, en organisant des marches interdites en vue de remettre en cause l´ordre public et de déstabiliser le fonctionnement institutionnel.

Suffisant en effet, pour faire craindre le pire aux manifestants du 27 novembre, mais pas pour émouvoir le vice-président du Mrc, Me Emmanuel Simh, qui pense qu´en aucune manière, il ne doit être question que le camp du changement baisse les bras face à ce qu´il estime être un procès-politique :

« Il est de notre devoir d´assurer la défense de toutes ces personnes. Nous allons constituer un collège d´avocats venant de tout le pays, pas seulement ceux du Mrc, et aussi à l´étranger si c´est possible. Il faut défendre ces personnes parce que nous estimons qu´il s´agit d´un procès politique. Ces gens sont arrêtés dans le cadre d´une élection politique donc il faudrait qu´on défende ces personnes de la manière la plus déterminée. »

Les Camerounais de Belgique manifestant pour dire non à la réélection de Biya par le Conseil Constitutionnel. Notons que la date fixée pour le début de ce procès n´est pas un fait anodin. Car le 6 novembre, le président dont la réélection est contestée par le candidat du Mrc et ses partisans prêtera serment à l´Assemblée Nationale. Or le Programme de Résistance Nationale lacé par Maurice Kamto prévoit ce jour-là une grande manifestation hostile au régime Biya, qui sera marquée par un discours que l´opposant entend prononcer sur l´esplanade du stade Ahmadou Ahidjo à yaoundé, et qui sera retransmis à Douala sur écran géant, disposé pour cela au carrefour Ndokoti.

Cette manifestation entend-on dire çà et là, ne pourrait pas avoir lieu si au même moment, des militants du Mrc et des sympathisants de Maurice Kamto devraient être en train de se faire juger par un tribunal dont le moins qu´on puisse dire est qu´il est soumis au régime dont le chef sera en train de prêter serment.


© CameroonVoice.com


Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.