Bertrand Pierre Soumbou Angoula : La force de la jeunesse

0
34

Le jeune magistrat de 32 ans a été nommé vendredi à la tête de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature.

Par sa nomination, on comprend que la promesse faite par le chef de l’Etat, le 6 novembre dernier lors de son investiture était d’effet immédiat. Bertrand Pierre Soumbou Angoula, est donc le nouveau directeur général de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), né le 20 octobre 1986. Il a été nommé vendredi par décret présidentiel. Il accueille la décision du chef de l’Etat avec « joie et lucidité. » Il précise : « Après cette joie, il y a le stress et la crainte, au regard de l’ampleur des activités et de la lourdeur de la charge qui pèse sur mes petites épaules. »

Dans la peau du jeune manager, Bertrand Pierre Soumbou Angoula dégage plutôt l’allure et le tempérament d’un leader posé, méthodique, mesuré dans ses mots. Il compte sur le « mariage entre la vigueur de la jeunesse et l’expérience des aînés » pour relever les défis qui l’attendent. Cela se comprend, lorsqu’on lit les grandes lignes du parcours académique et professionnel Bertrand Pierre Soumbou Angoula. D’emblée, il faut dire que ce titulaire de maîtrise en sciences économiques et de gestion de l’Université de Yaoundé II- Soa en 2009, totalise plus de neuf ans au sein de l’administration camerounaise. En effet, il a été recruté le 1er janvier 2009 comme cadre contractuel d’administration, et affecté au Cabinet civil de la présidence de la République.

Après quelques mois de service, il est remis à la disposition du ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, qui le renvoie au ministère des Finances. Il sera affecté à la Trésorerie générale de Bamenda en 2012 et travaille au service de la dépense, du personnel et du matériel. Parallèlement à son parcours administratif, Bertrand Pierre Soumbou Angoula amorce des études en droit et présente plusieurs fois sans succès le concours d’entrée à l’ENAM.

En 2013 par exemple, il est admissible au concours au cycle A section Trésor, mais échoue à l’oral. C’est l’année d’après que Bertrand Pierre Soumbou Angoula est admis à la section magistrature. A l’issue de leur formation, ses camarades et lui, dont la promotion est qualifiée de « bénie », seront immédiatement intégrés seulement quatre mois après.

Ce sera en février 2017, à l’issue du Conseil supérieur de la magistrature présidé par le chef de l’Etat. Soumbou Angoula est affété au siège de la Chambre des comptes de la Cour suprême. Ce magistrat des comptes exerce dont à la deuxième section de cette institution, chargée du jugement des receveurs municipaux des Collectivités territoriales décentralisées jusqu’à sa nomination.

Marié et père de trois enfants, cet originaire de la Haute-Sanaga, arrondissement de Lembe-Yezoum dans le Centre, délivre un message à la jeunesse: « qu’elle se mette au travail et en elle ! »


© Cameroon-tribune


Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.