Beti Assomo : « La décision de Paul BIYA ne concerne pas les criminels, assassins et autres dangereux terroristes »

0
75
MINDEF BETI ASSOMO

Ayuk Tabe pourrait ne pas avoir de chance.

Le ministre délégué à la Présidence de la République chargée de la Défense revient dans un communiqué, sur la mesure prise hier jeudi 13 décembre, par le Chef de l’Etat du Cameroun dont le communiqué annonce la libération de 289 détenus pour les délits commis dans le cadre  de la crise dans les Régions anglophones.

Le Patron de la Défense fait savoir que les personnes bénéficiaires de cette clémence du Chef de l’Etat seront immédiatement remises en liberté à l’issue des audiences publiques des différents tribunaux militaires concernés qui se tiennent ce vendredi, 14 décembre 2018 et ce, conformément aux prescriptions du code de justice militaire.

D’après le communiqué du ministre Beti Assomo, les 289 détenus seront libérés selon la répartition qui suit:

  • Prison Centrale de Bafoussam: 16 personnes
  • Prison Centrale de Bamenda: 49 personnes
  • Prison Centrale de Buea: 99 personnes
  • Prison centrale de Douala: 14 Personnes
  • Prison de Yaoundé:Prison Centrale (82 personnes) – Prison principale (03 peronnes)
  • Garde-à-vue: Gendarmerie de Yaoundé (33 personnes) – Police judiciaire (02 personnes)

La liste des personnes concernées, précise le note du Mindef, sera publiée à l’issue des audiences de ce jour. « Il importe de préciser que cette mesure concerne uniquement les personnes dont l’examen approfondi des dossiers pendants devants es juridictions militaires et les dossiers d’enquêtes en cours ont fait ressortir en leur encontre des charges d’une amplitude de gravité relative », ajoute le Ministre Joseph Beti Assomo avant d’exclure de la liste des bénéficiaires de cette grâce présidentielle, « les criminels, assassins et autres dangereux terroristes, ainsi que les commanditaires et  planificateurs de la crise sécuritaire en cours dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ». Pour le cas de ces derniers, « la justice poursuit sereinement son cours », a-t-il martelé pour conclure.

Au regard de ces restrictions apportées par le Mindef, le ciel pourrait ne pas sourire à Ayuk Tabe Sisiku, le Président autoproclamé de l’Etat fictif d’Ambazonie considéré comme l’instigateur et un des principaux commanditaires de cette crise qui s’enlise et s’éternise dans les régions anglophone du Cameroun. Mais dans ce cas, il convient de se demander si la mesure présidentielle pourra encore mettre à profit toutes les opportunités politiques qu’elle se sera offerte? Just wait and see!


© Actu-Plus.cm, Franck Olivier BIYA


 

Facebook Comments