Cameroun – Nécrologie : Camtel perd son porte-parole

0
180

Benjamain Gérard Assouzo’o, le directeur Marketing et Communication de cette entreprise est mort dans la nuit de lundi 14 au mardi 15 janvier 2019, au Centre hospitalier d’Essos.

Benjamin Gérard Assouzo’o ne distillera plus sa bonne humeur à son entourage. Son sourire, sens de l’humanisme et son professionnalisme manqueront à sa famille et à la presse camerounaise en général. Le journaliste de formation qui était directeur marketing et communication de Camtel est mort dans la nuit de lundi 14 au mardi 15 janvier 2019, au Centre hospitalier d’Essos (Che). Au domicile du défunt situé au lieu-dit Nkomo dans la cité, la tristesse et la consternation se lisaient sur le visage de Francine Assouzo’o, son épouse, des proches de la famille et collaborateurs. Né le 22 décembre 1970, c’est précisément à 2 heures du matin qu’il a cassé son micro hier mardi 15 janvier 2019 des suites d’une longue maladie.

Recruté en 2005 à Camtel, il a d’abord été chef de département marketting avant d’être directeur marketting et communication. A l’unanimité, les confrères saluent la mémoire de celui qui, contre vents et marées, n’hésitait pas à monter au créneau pour défendre l’entreprise qui lui a tout donné. Il fait incontestablement partie des figures marquantes de la Camtel au cours de cette dernière décennie. On se rappelle encore sa campagne médiatique relative à l’opération de recouvrement forcé des créances de l’entreprise Camtel estimées à 65 milliards F.Cfa et de la coupure du téléphone et d’Internet dans les administrations publiques.

Benjamin Gérard Assouzo’o était secoué depuis plusieurs mois par la maladie ; il laisse un grand vide. Celui qui a officié à la radio Tiémeni Siantou et à la Crtv Fm 94 a su marquer d’une empreinte indélébile l’entreprise et l’univers médiatique. Joint hier au téléphone, Alfred Tchoya, le chef de service documentation et relations presse de Camtel, proche du défunt parle d’une perte énorme pour sa famille, Camtel et l’univers de la communication. « C’était un grand homme. Loin d’être mon directeur, il était mon mentor, mon père, un ami. Il était ouvert, sociable, dynamique, très professionnel et perfectionniste. Rien ne passait avant les intérêts de Camtel », a-t-il déclaré.

Benjamin Gérard Assouzo’o laisse une veuve et plusieurs enfants. La Cameroon telecommunication et la corporation des journalistes avaient encore besoin de lui.


© Le Jour


Facebook Comments