Climat social à l’Est: le Sous-Préfet de Ketté accusé de vouloir abattre le maire

0
86

Rapports de chien et chat dans le Département de la Kadey, Région de l’Est. Ce sont de chaudes étincelles qui ont désormais droit de cité entre l’exécutif communal de Ketté et le Sous-Préfet dudit arrondissement. Le Maire qui accuse le Chef de terre des menaces de mort ferme les portes de la mairie et saisit le Gouverneur.

Selon une correspondance adressée au Gouverneur de la Région de l’Est en date du 26 décembre 2018, Emmanuel Gbanga serait désormais en insécurité, ses jours ainsi que ceux des membres de sa famille en danger. Des raisons qui amènent l’exécutif municipal à interrompre les services de la Commune au grand dam des populations.

D’après les dires de Monsieur le Maire, tout est parti d’un coup de fil reçu le 22 décembre 2018, de son collaborateur, le sieur Biang Emmanuel. Ce dernier tenait alors dans son appel téléphonique à transmettre fidèlement à son patron, les mises en garde du Sous-Préfet.

Selon qu’il est écrit dans la plainte du Maire, le message à lui laissé par le Chef de terre de Kette, chez l’agent communal Biang Emmanuel, est le suivant:

« Vas dire à ton maire, si je voir ses brindilles dans mes 5,50 m, ou dans ma cour, je vais l’abattre. Vas lui transmettre fidèlement ce message ».

L’auteur de ce message qu serait le Sous-Préfet de Kette, Monsieur Alex Minyono soupçonne en effet le Maire d’être à l’origine des incursions nocturnes des gros bras qu’il aurait reçues aux environs de 2 heures du matin dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 décembre 2018.

Pour soit disant se mettre en sécurité, Monsieur Alex François Minyono voudrait abattre l’élu du peuple. Craignant désormais pour sa vie, le maire a soumis l’affaire à la compétence du numéro 1 de la Région de l’Est, le Gouverneur Grégoire Mvongo, sous le couvert du Préfet du Département de la Kadey.

Dans cette plainte au motif de « Menaces sous conditions par Monsieur Alex François Minyono, Sous-Préfet de Kette », le patron de l’exécutif municipal de la localité dit ne plus être en sécurité à Kette. Et ce d’autant plus qu’en tant que Représentant du Chef de l’Etat dans cette circonscription administrative, le Chef de terre a l’autorisant de port d’arme et « a à sa disposition toutes les FMO, Armée et police et d’autres moyens »  pour l’atteindre physiquement.

Monsieur Emmanuel Gbanga dit alors préférer aller se réfugier ailleurs, en attendant les clarification et les dispositions sécuritaires pour sa famille et lui. Mais en attendant l’arbitrage du gouverneur, les services de la Mairie et ses annexes restent fermés, précise-t-il.

« Agitations du Maires »

En réaction à ces accusations, le Sous-Préfet de Kette botte tout en touche et dit d’ailleurs ne pas se reconnaître dans ce qu’il appelle « agitations du Maire ».

« Un Sous-Prefet qui veut en découdre avec le Maire d’une commune », ça jette du froid dans le dos. Puisqu’il s’agit là d’un cliché que l’on ne doit vivre que dans une république bananière, et jamais au Cameroun.


© Franck Olivier BIYABertoua,  Actu-Plus.cm


 

Facebook Comments