Climat social – Médias: Les journalistes de la Crtv sont-ils en danger?

0
129

Après les violences sur la correspondante de la radio-télévision publique à Paris, la présentatrice du journal du 13h a frôlé la mort ce jeudi 31 janvier entre les mains des individus armés non identifiés, alors qu’elle se rendait à son bureau.

La célèbre présentatrice du 13h au poste national de la Crtv, Marie Françoise EWOLO, a été poignardée aux premières heures de la matinée du jeudi 31 janvier, au lieu-dit « Hôtel les Manguiers » à Yaoundé. Des individus non identifiés ont violenté la Journaliste dans son véhicule et arraché son sac à mains alors qu’elle se rendait à son bureau. Au cours de cette agression à mains armée, le bras de la journaliste a été entaillé.

Acharnement

En moins d’une semaine, deux journalistes de l’office de Radio-Télévision sont victimes d’agression. Le 26 janvier dernier, au cours des opérations de saccage et de pillage de l’Ambassade du Cameroun à Paris par des individus se réclamant proches de Maurice Kamto, « la correspondante de la Cameroon Radio Television (CRTV), Maxence ANSEL, a été sauvagement prise à partie et violentée par les manifestants ; ceux-là mêmes qui prennent fait et cause, dans les circonstances similaires, pour d’autres journalistes exerçant dans d’autres médias », regrette Charles Ndongo, le DG du média de service public. Alors que dans cette note de service, le patron de la Crtv entendait exprimer son indignation devant une telle violence vis-à-vis de la presse en général, et notamment de l’employée de sa structure qui pourtant, doit « rendre compte, dans le respect des règles de l’art et de l’intérêt supérieur du Cameroun, des événements relatifs à la vie de la Nation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières nationales », la présentatrice du journal parlé au poste national se fait à son tour attaquer.

Toute chose qui ferait croire que qu’il y a comme un acharnement sur les journalistes de la crtv. Et donc qu’en fait, les professionnels de la chaîne publique camerounaise seraient désormais en danger, au moment où le climat sociopolitique est encensé par ce qui est convenu d’appelé« l’affaire Mrc ».

Cependant, c’est la presse en général qui passe de sales des temps depuis quelques temps dans l’exercice de son travail depuis la période pré-électorales. En moins d’une semaine, en moins d’une semaine, 04 journalistes ont connu des infortunes. En dehors des agressions des journalistes de la Crtv, deux autres journalistes du quotidien Le Jour se trouvent parmi les personnes arrêtées le 28 janvier dernier et placées en détention. Depuis quelques heures, Le SNJC et Reporter Sans Frontières multiplient des appels pour la libération de ces journalistes.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.