Maurice Kamto appelle les camerounais à poursuivre la lutte pour le départ de Paul Biya

0
131
Grande marche du Mrc

Accueilli à Douala par une foule en liesse cet après-midi, le Président du Mrc a tenu un discours dans lequel il encourageait les personnes adultes à rejoindre le mouvement afin de laisser un avenir certain aux plus jeunes.

Le professeur Maurice Kamto s’est adressé aux manifestants ce 26 janvier à Douala. Il a tenu à appeler ceux qui sont encore dans l’hésitation à se lever. Maurice Kamto a commencé par remercier toutes les populations de « Yaoundé, Douala, Bafoussam, Dschang, Mbouda et ceux de toutes les autres localités du pays qui sont sorties massivement pour montrer que nous sommes là ».

Accompagné de Penda Ekoka et Albert Dzongang, il a encouragé les victimes tombées au cours des manifestations de ce jour, à qui il a rendu visite auparavant. « Au moment où je vous parle, au moins quatre personnes sont dans les hôpitaux sur qui on a tiré à balle réelle. Mais rien ne doit nous arrêter », a-t-il proclamé. Il a ajouté : « Notre lutte vient de franchir un nouveau palier à partir du moment où les gens ont consenti à faire des sacrifices aussi élevés ainsi que leurs vies ».

Le président du Mrc invite par ailleurs les camerounais à se lever, « parce le temps de rester calme parce qu’on croit avoir à faire à des dirigeants responsables ». Ayant compris que ceux-ci ne comprennent que le langage de la force, et qu’ils sont prêts à poursuivre la violence, il a proclamé la fin de leur règne.

« Ceux qui entretiennent la mort au Nord-Ouest, qui ont fait le hold-up électoral, qui se nourrissent du sein des camerounais, ne doivent pas triompher », a-t-il déclaré tout en indiquant que cette journée est un point de départ. Son discours était approuvé par des cris de ralliements des manifestants qui l’ont ensuite assuré de leur soutien et soumission.

Les partisans du Mrc étaient mobilisés ce samedi autour de la grande marche du parti organisée pour dénoncer le hold-up électoral et la crise dans les régions anglophones. Plusieurs villes du Cameroun étaient concernées. Des leaders d’opposition ont apporté leur sutien à cette initiative. C’est le cas de Kah Walla qui a dénoncé la violation des droits de l’Homme de la part des forces de l’ordre qui ont voulu y mettre fin.

Par Néri Saha
Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.