Mindcaf : comment Koung à Bessiké a perdu son titre foncier

0
98

Son éjection était prévisible et même souhaitée. De plus en plus décriée pour avoir attisé les flammes de l’insécurité foncière au Cameroun plutôt que de les éteindre, Jacqueline Koung à Bessiké était sur le gril depuis belle lurette.

Nommée ministre des Domaines et des Affaires foncières lors du réaménagement ministériel du 11 novembre 2011, celle qui est considérée comme la «dame de fer» ne faisait plus l’unanimité au sein de son bastion politique. On l’accuse entre autres d’avoir donné du grain à moudre à son «réseau mafieux» installé au Mindcaf du sommet à la base.

A preuve, la région de l’Est, le département de la Sanaga Maritime, les quartiers Ntougou (Golf), Olembé à Yaoundé et d’autres quartiers de Douala se disent victimes de tripatouillages dans la délivrance du titre foncier. Koung A Bessiké a sapé le moral des investisseurs malgré sa promesse faite auprès des hommes d’affaires à Douala le 7 octobre 2017 de numériser plus de 120.000 titres fonciers afin de barrer la voie à la manipulation, ce qui porte un sérieux préjudice aux affaires.

Se croyant intouchable, elle a bradé de grands espaces relevant du domaine public. Pire, par ses décisions catastrophiques, elle a plusieurs fois, exposé l’Etat à de nombreux procès qu’il a perdus. Après avoir essuyé des revers en justice, elle a décidé de se rebeller contre les institutions judiciaires en signant une circulaire exigeant son accord préalable avant exécution de toute décision de justice.

Malgré que cette circulaire ait été attaquée et suspendue par des décisions de justice, elle a décidé de maintenir le statu quo. Son limogeage a certainement été accueilli comme une délivrance. Henri Eyebe Ayissi est donc prévenu !


© lavoixdukoat : Daniel NDING


Facebook Comments