Tribunal militaire: Qui sont ces ambazoniens qui récusent la nationalité Camerounaise ?

0
66

Le procès des séparatistes anglophones a été reporté au 7 février prochain.

L’affaire s’enlise au tribunal militaire de Yaoundé. Sisuku Ayuk Tabe, le leader séparatiste et ses co-accusés sont catégoriques « Nous sommes ambazoniens et non Camerounais ». Accusés d’atteinte à la sureté de l’Etat, terrorisme et autres, les leaders séparatistes anglophones ont été appréhendés au Nigeria et extradés au Cameroun le 5 janvier 2018.

Un an après, ils clament leur innocence, réclame le statut de refugiés politiques et déclarent le tribunal militaire de Yaoundé incompétent pour juger de cette « affaire éminemment politique » De fait, deux ans après son déclenchement, la crise anglophone a déjà fait plus de 85 morts au sein de la force publique et tué plus de 600 civils.

Par ailleurs, selon l’ONU, près de 160 000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences. L’agence nigériane de gestion des urgences (SEMA) estime pour sa part à près de 75 000 Camerounais ayant trouvé refuge au Nigeria. Cependant, l’opinion publique piaffe d’impatience et veut savoir les tenants et les aboutissants d’une affaire qui a trop duré.

Finalement, qui sont ces séparatistes anglophones arrêtés au Nigeria ?

  • Sisiku Julius Ayuk Tabe : Président par intérim de l’Etat imaginaire d’Ambazonie dont le territoire couvre les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il a été désigné à cette fonction le 08 juillet 2017, lors d’une réunion du Southern Cameroons Ambazonia Consortium United Front (SCACUF) – un mouvement séparatiste né en février 2017, de l’union de plusieurs organisations fédéralistes et sécessionnistes.
  • Dr. Fidelis Nde Che : IL est le directeur adjoint du département de mobilisation des ressources dans le Gorverning Council d’Ambazonie et représente le Southern Cameroon National Council (SCNC) au Nigéria. Il est résident permanent au Nigéria.
  • L’activiste Dr. Nfor Ngala Nfor : Il est le Chairman du Southern Cameroons National Council (SCNC), un mouvement séparatiste interdit au Cameroun. Il a fait la prison à plusieurs reprises pour son idéologie de la séparation du Cameroun. Il est membre du Gorverning Council d’Ambazonie.
  • Le Dr. Henry Kimeng : Il est le directeur adjoint des Affaires Sociales du Gorverning Council du gouvernement d’Ambazonie. Il est résident permanent au Nigéria.
  • Le Professeur Augustine Awasum, : Selon lui « la condition minimale pour garantir la paix, le progrès et un développement significatif est de rétablir la Constitution d’octobre 1961 qui garantit un véritable fédéralisme où les régions anglophones et francophones sont des partenaires égaux ».
  • Le Dr. Cornelius Kwanga : Département économie. Cet activiste est l’un des fondateurs d’Ambazonia. « Chaque fois que notre peuple s’est levé pour protester contre des mauvaises conditions de vie, la seule réponse de l’Administration de Yaoundé a été une brutalité excessive », avait-il déclaré au lendemain de la grève des avocats à Bamenda.
  • Le syndicaliste Tassang Wilfred. Membre du Consortium de la Société Civile Anglophone, Wilfred Tassang s’est réfugié au Nigéria au lendemain de la grève des enseignants dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
  • Le Dr. Ojong Okongho (Professeur des universités au Nigéria) est dans le département ministériel des Affaires Étrangères du Southern Cameroons. Il est résident permanent au Nigéria.
  • Avocat de formation, Maitre Nalova Bih était la seule femme des dix membres du « cabinet » d’Ayuk Tabe arrêtés à Nera Hotels d’Abuja au Nigeria le 05 janvier dernier. Elle assurait le « stratégique » poste de secrétaire du gouvernement virtuel d’Ambazonie. Elle est par ailleurs membre de l’association du Barreau Africain. Jeune activiste très active et exilée au Nigeria, elle fait partie de ceux qui luttent depuis des années pour l’Independence du Southern Cameroons

© Camer.be, BEN OWAY


 

Facebook Comments