Alain Mebe Ngo’o/ Ferdinand Ngoh Ngoh: La guerre des tranchées au sommet de l’Etat

0
170

La sécession est elle ouverte à Etoudi ? Rien n’est moins sur. Toujours est-il que dans le sérail on observe des remous digne de fin de règne.

Et puis, la presse s’en est prise à cœur joie, à la fois belliqueuse et partisane. In vitriol, le haut sommet de l’Etat. Le journal Jeune Afrique vient de jeter un pavé dans la mare. Pour dénoncer des « réseaux d’influence, nominations, promotions, disgrâces » au sommet de l’Etat. Finalement, Qui gouverne à Yaoundé ? La presse fait l’écho. Deux clans s’affrontent dans la gestion du pouvoir : Le Bulu proches du président Paul Biya et les Nanga proches de Chantal Biya.

Il faut d’ores et déjà redouter le clash. Les deux camps se sont mis en ordre de bataille ; subrepticement. A travers deux hommes liges du pouvoir que l’on présente comme deux frères ennemis. Alain Edgar Mebe Ngo’o, ancien secrétaire général de la présidence, ancien tout puissant ministre délégué auprès de la présidence chargé de la défense dont il garde encore les stigmates est tombé en disgrâce par sa sortie du gouvernement le 2 mars 2018.

Longtemps annoncé à Kondengui, la prison des prévaricateurs de la fortune publique, il vient d’être rattrapé par sa gestion peu ordinaire du matériel militaire au temps ou il était ministre de la défense. Avec Magforce, une société basée en Belgique, il est impliqué dans des détournements de plusieurs milliards de fonds destinés à l’achat des tenues militaires en 2014.

Selon la loi Camerounaise, il est passible d’un emprisonnement à vie. Il a été auditionné par le tribunal criminel spécial, avec femme et complices, à huis clos. Toutes choses qui ont mis le sérail en ébullition. Il faut sauver le frère en danger d’emprisonnement. On parle de la tenue d’une réunion de toute l’élite au pouvoir qui avait pour but de sursoir à l’emprisonnement du « ministre de la défense »

En face, Ferdinand Ngoh Ngoh, en poste comme secrétaire général à la présidence de la république a tous les leviers. Il vient d’être élever à la hauteur de ministre d’Etat. Il appartient au clan antagoniste. Et, l’affaire ne fait que commencer. D’autres auditions de témoins sont programmées le jeudi 21 février. Le verdict attendu.

Par Ben Oway

Facebook Comments