Cameroun – Attaque de l’Hôpital de Kumba: Les Etats-Unis haussent le ton!

0
389
TCL TV

Le pays de Donald Trump condamne « l’acte criminel » et donne des instructions fermes au régime de Yaoundé.

Dans la nuit du 10 au 11 février, un incendie « criminel » causé par des individus présumés de la cause sécessionniste a entraîné la mort de plusieurs patients et causé des dégâts considérables à l’hôpital de district de Kumba, dans le Sud-Ouest. L’acte qui suscite l’indignation du corps médical, des organismes des défense de droits de l’Homme ainsi que celle de l’ensemble de la société civile, vient de susciter une violente réaction des Etats-Unis.

Dans une récente déclaration, Peter Henry Barlerin, l’Ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun condamne « cette attaque criminelle ». Dans sa déclaration, les Etats-Unis appellent le gouvernement camerounais à mener une enquête transparente sur ce « crime », à veiller à ce que les tribunaux tiennent les auteurs pour responsables et à informer le peuple camerounais de ses conclusions. Des prescriptions qui cachent à peine le doigt accusateur des Etats-Unis sur la méthode avec laquelle le Cameroun gère la Crise anglophone.

Lire ci-dessous l’intégralité de la déclaration du diplomate américain:


«Les États-Unis condamnent l’attaque criminelle contre l’hôpital du district de Kumba, dans la région du Sud-Ouest. L’incendie aurait entraîné la mort de plusieurs patients et causé des dégâts considérables au petit matin du 11 février.

LIRE AUSSI: 
Sud-Ouest – Tentative d’Assassinat: Le Gouverneur échappe de justesse aux assaillants (Urgent)

Nous exprimons nos plus sincères condoléances aux familles des victimes et notre admiration pour le personnel médical courageux. Nous appelons le gouvernement camerounais à mener une enquête transparente sur ce crime, à veiller à ce que les tribunaux tiennent les auteurs pour responsables et à informer le peuple camerounais de ses conclusions.

Nous exhortons les deux parties des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun à permettre un accès sans entraves aux travailleurs humanitaires et aux personnels de santé et à ne jamais attaquer les hôpitaux ni les centres de santé. Nous appelons les deux côtés du conflit anglophone à renoncer à la violence et à engager un dialogue élargi sans conditions préalables».

Par Franck Olivier BIYA

Facebook Comments