Cameroun – Kiosque: Voici quelques titres de ce mercredi 20 février 2019

Cameroon-tribune, Le Jour, Mutations, The Guardian Post, EcoMatin, Essingan, InfoMatin, Tribune d'Afrique, Intégration, L'Oeil du Sahel, Repères, Panels Hebdo, Ouest-Echos, Afrique Leadership, en kiosque ce mercredi 20 février 2019

0
136
Retrouvez tous les matins sur votre site d’Informations Actu-Plus.cm, les titres du jour

La désormais Affaire Jeune-Afrique contre Chantal BIYA continue d’alimenter la presse. Après la parution fracassante du magazine panafricain lundi, le Directeur de publication François Soudan revient à la charge dans une interview exclusive accordée à Mutations: « Le Cameroun n’est pas une monarchie matrimoniale », croit-il savoir. Indigné, le journal Repères balance à sa grande une: « Jeune Afrique, propagateur des ragots », au sujet du Pouvoir Suprême au Cameroun. Même terminologie pour Panels Hebdo qui vole également au secours de Chantal BIYA. « Les ragots insipides de Jeune Afrique », titre le Journal qui écrit qu’après s’être attaqué à de nombreuses reprises, attaqué au Chef de l’Etat par des prises de position des prises de positions qui ne cachent pas son aversion pour l’homme et le régime, l’hebdomadaire panafricain revient à la charge en s’en prenant cette fois à son épouse.

Restant sur le Sérail, Info Matin parle pour sa part de la Succession au Sommet de l’Etat et fait savoir « Ngoh Ngoh et Mebe Ngo’o en procès au TCS ». Alors qu’on prête une bataille successorale entre les deux ennemis intimes, écrit le journal, la Cour Spéciale se retrouve malgré elle, en position d’arbitre. Alternance au Sommet de l’Etat, « Paul BIYA face aux ennemis de l’intérieur », titre Tribune d’Afrique qui fait savoir que depuis le remaniement ministériel du 04 janvier 2019, les batailles de positionnement et de préséances qui font rage dans le sérail ont refait surface. Et sur cet embrouillamini qui agite le Sérail, Essingan apprend que différentes notes des services spécialisés accusent le ministres des finances d’être au centre de différentes initiatives de déstabilisation. « La colère de Paul BIYA contre Motaze », titre le journal.

La suite ci-dessous en image…

Facebook Comments