Cameroun : Près de 4000 Camerounais prennent leur carte du MRC à Douala samedi

0
77

Malgré la présence très dissuasive de la police, venue empêcher une (gigantesque) « marche » de protestation que les militants du MRC  devaient effectuer, sans doute assis entre les quatre murs du siège de leur parti crayons à bille et papiers en mains comme armes de… déstabilisation massive des « institutions républicaines », ce sont des milliers de Camerounais qui ont répondu présent à l’appel à l’engagement politique formel lancé par le génial stratège du MRC Wilfried Ekanga. 

Ce n’est qu’un bilan provisoire de la campagne de recrutement de nouveaux militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun baptisée « Journée d’adhésion massive au MRC » dans la ville de Douala, samedi 23 février 2019.

En attendant que la Fédération départementale du pu parti dirigé par Maurice Kamto fasse les comptes complets de la journée de samedi, on peut d’ores et déjà noter que 3508 Camerounais résidant dans la capitale économique se sont faits enregistrer dans les fichiers de cette formation politique en qualité de militants officiels. 

L’arrondissement de Douala 5ème mène le peloton de tête avec 1159 inscrits, suivi de l’arrondissement de Douala 3ème qui le talonne avec ses 935 inscrits. Précédé sur ce plan statistique  par les arrondissements de Douala 4ème (653 inscrits) et Douala 2ème (415 inscrits), l’arrondissement de Douala 1er où sont regroupés les services administratifs (services du gouverneur, préfecture du Wouri, 2ème région militaire, Secteur militaire, Région de gendarmerie, Légion de gendarmerie, GMI, Commissariat Central, Commissariat spécial, Antenne de la DGRE, Services des Renseignements généraux et autres structures symboles de l’Etat répressif) ferme la queue avec quelque 346 inscrits enregistrés selon nos sources qui affirment cependant que la comptabilisation des inscriptions n’est pas terminée et que les statistiques de l’arrondissement de Manoka –sixième arrondissement de la capitale économique- ne sont pas encore parvenues.  

Mais déjà, des responsables des fédérations communales du MRC se frottent les mains de ce bilan provisoire plutôt flatteur, tant il est vrai que les plus courageux des inscrits de samedi ont dû raser les murs, pour ne pas se faire repérer par les agents du régime, tandis que d’autres plus nombreux, ont préféré rebrousser chemin, disant ajourner leur inscription pour « quand les choses seront plus calmes »« Ce n’est que partie remise », affirme René, militant du MRC inscrit à Douala 5ème, qui s’était porter volontaire pour venir accompager des connaissances résidant à Douala 1er qui désiraient prendre leurs cartes du MRC, mais qui a finalement convenu avec eux de « ne pas aller au choc contre la police qui peut d’un moment à l’autre se mettre à tirer sur les jambes des gens comme ils l’ont fait le 26 janvier, alors que des élections sont en vue ». Et de préciser « tant que la cause ne justifie pas qu’on se fasse blesser ou abattre par l’armée de Biya, il faut éviter la confrontation ». 

« Le président Kamto nous a dit que la politique se fait avec la tête et non avec les muscles. Je prendrai ma carte quand les musclés de la police ne seront pas là, car je sais qu’ils veulent créer des occasions comme ça pour envoyer de nombreux partisans de Maurice Kamto en prison avant d’organiser les élections municipales et législatives auxquelles ne voteront que leurs militants en liberté », a plaisanté un de ceux qui ont préféré remettre leur adhésion au MRC à plus tard. Et une dame, dans le même état d’esprit et la même situation, d’ajouter : « Avec ou sans carte de militante du MRC, j’ai décidé depuis l’arrestation du « Mandela camerounais » (Maurice Kamto, ndlr) de voter pour le parti MRC à toutes les élections ». Qui dit mieux !? 

Ndam Njoya Nzoméné

Facebook Comments