Opération Épervier: Théodore Nsangou interdit de sortie du territoire

0
294
Théodore Nsangou - DG EDC

Le directeur général d’Electricity Development Corporation (Edc), est soupçonné de «corruption et d’atteinte à la fortune publique».

Le Dg d’Electricity Development Corporation (Edc), entreprise publique de patrimoine du secteur de l’électricité, Théodore Nsangou a été interdit de sortie du territoire camerounais. Selon des sources fiables, le Contrôle supérieur de l’Etat du Cameroun (Consupe) a saisi la présidence de la République à travers une correspondance fin novembre 2018, au sujet d’une «interdiction de sortie du territoire national» de M. Nsangou. Selon le Consupe, cette interdiction fait suite à de forts soupçons de «corruption et d’atteinte à la fortune publique, ainsi que des tensions sociales qui pèsent sur cette personnalité». Le but étant de permettre aux inspecteurs d’Etat de pouvoir l’auditionner, sans obstruction. Quelques mois plus tard, plus précisément, le 03 janvier 2019, nos sources affirment que la présidence de la République a clairement signifié l’interdiction de sortie du territoire national à Théodore Nsangou. «J’ai l’honneur de vous notifier un contrôle de vérification au niveau le plus élevé par les inspecteurs d’Etat en service à la présidence de la République sur la supervision générale du directeur général de la Recherche extérieure, au vue de la dénonciation sur votre atteinte à la fortune publique afin de mieux canaliser les informations mises à notre disposition.», selon un document émis par la présidence de la République. A la suite de ces correspondances, Rose Kemayou, épouse Djila, inspecteur d’Etat a conduit une mission du Consupe à Edc.

Gestion comptable

Une dizaine de délégués du personnel ont été entendus sur six points principaux. Il s’agit de « la situation critique du barrage [30Mw] », « la situation sociale au sein de ladite entreprise », « la mauvaise gestion comptable, financière et budgétaire [rapport 2015/2016 du commissaire aux comptes] », « le détournement du patrimoine de l’entreprise [vente frauduleuse des véhicules du projet] », « la gestion des faux diplômes » et « les faux marchés |pose de la 1ère pierre par le chef de l’Etat en 2012] ». Le Syndicat des travailleurs du secteur de développement des ouvrages de production, de transport et de régulation de l’électricité (Syntdoptre), a plusieurs fois saisi des autorités camerounaises au sujet de malversations financières présumées au sein d’Edc, gestionnaire du barrage de Lom-Pangar (30Mw).

Le 12 mars 2018, par exemple, les syndicalistes ont écrit au directeur général d’Edc pour dénoncer le fait que la commission d’avancements qui devrait siéger chaque septembre de l’année, n’a eu lieu que deux fois, en neuf ans. Selon le Syntdoptre, les échelons automatiques du personnel de 4 années d’ancienneté sont gelés depuis la création d’Edc. A cela s’ajoutent les retenues sur salaires qui ne sont pas reversées à la Caisse nationale de prévoyance sociale (plus de 800 de millions Fcfa de dettes), avec son corollaire de conséquences sur la vie des travailleurs qui sont privés de pension de retraite depuis neuf ans, sans allocations familiales, pas de prise en charge pour les accidentés de travail, encore moins la prise en charge des femmes enceintes.

Par ailleurs, le Syndicat réclame le paiement des arriérés de salaire des 24 cadres recrutés en mai 2010 par le conseil d’administration; le calcul et le paiement des manques à gagner du personnel sont estimés à 450 millions de Fcfa, etc. Théodore Nsangou a toujours rejeté toutes ces accusations en bloc. «Il s’agit d’une allégation sans fondement», avait répondu, entre autres, en mai 2018, le Dg d’Edc à son ministre de tutelle qui lui avait adressé une demande d’explications.

Par Sylvain Andzongo

Facebook Comments