Verdict: Maurice Kamto et autres cadres du MRC déposent leurs valises à Kondengui

Par OLBIF -

0
345
L'opposant Maurice Kamto, ici le 8 octobre 2018 à Yaoundé, a été arrêté le lundi 28 janvier. © REUTERS/Zohra Bensemra/File Photo
TCL TV

C’est désormais officiel, le leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, est un prisonnier. Maurice Kamto et ses acolytes ont été inculpés hier soir par le Tribunal Militaire, et placés en détention provisoire à la Prison centrale de Kondengui, à Yaoundé.

Trouble à l’ordre public, hostilité contre la patrie, rébellion de groupe, insurrection et incitation à la révolte, sont entre autres, les griefs portés à l’encontre de ce leader de l’opposition.

Selon nos informations, c’est aux environs de 21h que Maurice Kamto et compagnie ont quitté le Groupement spécial d’opération (Gso) de Yaoundé,

Après une brève apparition devant le commissaire du gouvernement, le leader du MRC a été mis sous mandat de détention provisoire par le Tribunal militaire. Il séjourne désormais à l’institution pénitentiaire de Kondengui, et avec lui, Christian Penda Ekoka, Albert Dzongang, Celestin Djamen, Valsero, Paul Eric Kingue et bien d’autres.

A LIRE AUSSI
A LIRE AUSSI

Ils avaient été arrêtés le 28 janvier dernier, à la suites des « Marches blanches » organisées par le MRC deux jours avant, à Douala en protestation contre les résultats de l’élection présidentielle du 07 octobre dernier. Des marches dites pacifiques qui ont conduit au Cameroun à des heurts avec la police faisant 6 blessés d’après le communiqué du gouvernement et à des mises à sac des ambassades du Cameroun en France et en Allemagne.


En réaction à la tournure de ces événements, les militants du MRC évoquent « un plan machiavélique » des pouvoirs publics à faire disparaître leur parti.

Facebook Comments