Cameroun : Le Cadeau empoisonné de Tibor Nagy à Paul Biya

0
551
La photo elle-même doit donc dater entre 1982, date de la nomination de Paul Biya au poste de président de la République du Cameroun et 1989. Après lui, Paul Biya a vu passer 4 présidents américains, Bill Clinton (1993-2001), Georges W. Bush (2001-2008), Barack Obama (2008-2016) et Donald Trump dont le premier mandat s'achève l'année prochaine. | © Photo PRC
TCL TV

Le Sous Secrétaire d’État Américain pour l’Afrique, Tibor Nagy a rencontré hier (18/03/2019, ndlr) le président officiel de la République du Cameroun, Monsieur Paul Biya.

Au cours de cette rencontre il lui a remis un présent tout en recevant, comme il est de coutume pour ce qui est des visites officielles au palais du roi.

Le cadeau en question est un gros plan vieux des premières années de Paul Biya au pouvoir. Il s’agit en effet d’une photo de lui prise au cours d’une de ses visites à la maison Blanche. Vous voulez deviner qui est le monsieur blanc?

D’aucuns voudront penser qu’il s’agit de Tibor Nagy sauf que ce n’est pas lui. Il s’agit là du feu président Herbert Walker Bush, à l’époque où il était Vice Président des USA sous Reagan, c’est-à-dire entre 1981 et 1989, date de son accession au pouvoir en tant que président.

La photo elle-même doit donc dater entre 1982, date de la nomination de Paul Biya au poste de président de la République du Cameroun et 1989.

Après lui, Paul Biya a vu passer 4 présidents américains, Bill Clinton (1993-2001), Georges W. Bush (2001-2008), Barack Obama (2008-2016) et Donald Trump dont le premier mandat s’achève l’année prochaine.

Une photo de Paul Biya avec le 41eme président des USA remis par un Tibor Nagy qui ne l’a jamais aimé puisqu’en 1992, alors qu’il étaitt chef de mission adjoint à l’ambassade des USA au Cameroun, il avait soutenu avec Frances Cook alors ambassadrice, la victoire du candidat John Fru Ndi.

C’est d’ailleurs grâce à lui que ce dernier fut invité en lieu et place de Paul Biya à l’investiture du président Clinton en 1993. Si Fru Ndi n’est jamais devenu président du Cameroun malgré çà, c’est parce que la France qui soutient Paul Biya depuis qu’il a 29ans avait su l’amadouer…ce qu’elle n’arrive pas à faire aujourd’hui avec avec le président élu Maurice Kamto.

Tibor Nagy avait quitté le Cameroun en 1993 pour le Kenya où il a exercé en tant qu’ambassadeur, puis la Guinée Équatoriale. C’est en Mai 2018 qu’il a été nommé par Donald Trump aux affaires africaines… Et quelques mois plus tard, Peter Barlerin, l’ambassadeur actuel des USA au Cameroun demandait à Paul Biya de songer à une retraite HONORABLE.

Cette déclaration OSÉE à l’endroit du ROI-dieu d’une RÉPUBLIQUE SOUVERAINE lui avait valu quelques volées de bois vert au point où le très grand PANAFRICANISTE et HOMME POLITIQUE Banda KANI menaça de l’assassiner sur un plateau de télévision.

Avant d’arriver au Cameroun, le monsieur Afrique de Trump avait annoncé les couleurs de sa mission. Sur le plateau de France24 en effet il avait posé qu’il serait sage pour le président Biya de libérer Maurice Kamto IMMÉDIATEMENT et les autres détenus politiques puis d’organiser un dialogue inclusif.

Trois jours avant sa débarque, le département d’Etat américain publiait un rapport sur la crise post-électorale au Cameroun, rapport au sein duquel il émettait des DOUTES sur la légalité et la légitimité de la victoire de Paul Biya, en raison des bourrages des urnes et autres irrégularités observées.

Moyen de pression ?

Le moins que l’on puisse dire au regard de l’enchevêtrement des différents épisodes est que les USA qui veulent bien davantage travailler avec le Cameroun dans un climat serein ne portent plus bien monsieur le roi dans leur cœur.

Le tableau de Tibor Nagy à Paul Biya n’est au demeurant qu’un cadeau accablant lourd du cynisme de l’homme qui contestait déjà sa victoire en 1992. Est-ce une autre manière de dire à monsieur Biya qu’il est temps pour lui de ranger des souvenirs du passé dans une maison de retraite ??

Time will say. Pour l’heure ce qu’il me reste à dire est que Tibor Nagy est l’un des derniers américains avec qui Mobutu avait déjeuné en souriant. Il l’avait d’ailleurs trouvé sage et intelligent. Espérons que notre patriarche le soit plus que lui… l’homme d’Etat exceptionnel.

Kand Owaslki

Facebook Comments