Etude en ligne: EKO, une solution camerounaise

0
445
Ernestine MATJABO, la Fondatrice de EKO Education

Ernestine MATJABO, Founder & CEO de EKO rend la formation accessible à tous les camerounais grâce à son application EKO.

Elle a 29 ans et est  diplômée en  Management et Production et titulaire d’un  MBA en achat et supply chain et management. Depuis septembre 2018, elle a lancé l’application EKO.education. Une application d’apprentissage en ligne qui permet aux étudiants de compléter leurs cours reçus en présentiel et d’avoir accès à leurs ressources académiques sans avoir besoin d’une connexion internet. Aux chercheurs d’emploi ainsi qu’aux professionnels de multiplier leurs compétences.

La créativité et la détermination

En tant qu’entrepreneur la jeune femme constate qu’elle a beaucoup de lacunes, notamment sur la partie technique de son business, elle se met à l’apprentissage du langage de codage informatique et ainsi développe toute seule son application à travers différentes plateformes.

« Je me suis donc dit qu’il serait intéressant de proposer une plateforme d’apprentissage en ligne qui permet de développer de nouvelles compétences tout en restant flexible. Apprendre à son rythme lorsqu’on n’a pas le temps d’aller suivre des formations en présentiel permet de s’affranchir des contraintes d’espace et de temps et correspond en tous points aux tendances du marché du travail actuel », confit-elle.

Sa volonté s’est accrue après avoir rencontré un jeune homme qui sortait d’un parcours académique classique et qui était à la recherche d’un travail. Toutefois il n’avait pas toute les compétences requises pour obtenir un poste dans le secteur qu’il ciblait. Il a du donc reprendre ses études dans un IPES qui propose des formations à 500.000 francs délivré par une école française. Mais quel Camerounais moyen a les moyens de débourser un demi millions pour avoir des formations de « qualités »?

L’idée de l’application EKO  est aussi une volonté manifeste de résoudre un problème socio-économique. Et de promouvoir l’intelligence culturelle. « Le Cameroun a des talents, des chercheurs, des intellectuels. Nous devons utiliser nos ressources pour qu’ils puissent mettre au profit leur savoir à nos compatriotes », ajoute la jeune entrepreneure.

Et aussi l’engagement d’intégrer le digital dans le système académique et professionnel au Cameroun. Quand on sait que plus de 70% des camerounais subissent le sous emplois, c’est dire que leur travail n’est pas en adéquation avec leurs compétences. En cela, eko.education est une solution qui permet aux apprenants de rester compétitifs dans le marché du travail grâce à une pédagogie variée et interactive qu’apporte le digital Learning.

Ernestine MATJABO
Ernestine MATJABO

Une application facile à utiliser

Il suffit d’abord de créer un compte en tant qu’apprenant pour avoir accès à tous les panels de cours présents sur la plateforme ou l’application. Ensuite l’utilisateur a le choix de payer par mobile money ou par carte bleu.  Dans le tableau de bord de l’apprenant, il peut retrouver le contenu de son cours et le lire en mode offline sur l’application mobile EKO.

Les cours ?

 L’application EKO propose des formations en Management, Développement personnelles, langues locales (Duala, Ewondo) et étrangères (Anglais, Mandarin), Informatique, Développement web et mobile…la première ressource au Cameroun reste la terre, et les camerounais trouverons dès le mois de mai sur EKO, des formations en agriculture signale sa Fondatrice et CEO.

Il y a un travail de sourcing qui  est fait en interne en sélectionnant  les formateurs et en décidant des sujets de cours. Sur son interface, le formateur peut lui-même charger son contenu sous différent format (audio, vidéo et texte).

« L’idée nest pas de remplacer les professeurs dans les salles ou les amphis. La  formation en présentiel reste nécessaire afin que l’apprenant puisse  bénéficier dune organisation et d’un encadrement prédéfini », précise Ernestine MATJABO.

La différence

La différence avec eko.education c’est la mise en avant des compétences  camerounaises en termes de formation puisque nous faisons appel à des professionnels locaux. Conscient du niveau de vie des camerounais, le coût de la formation et du téléchargement du contenu, s’adapte à leurs besoins réels et à leurs revenus. A côté de EKO, nous avons mis en place un système de gestion des étudiants (School Management System) qui permet aux écoles et universités de recenser toutes les informations d’un étudiants de son entrée à sa sortie de l’école. ex: les informations personnelles, les notes d’examens, les cours suivis, les retards…afin que l’ensemble des informations soient accessibles aux différents corps administratives que composent l’université. Un gain de temps énorme pour l’école et pour l’étudiant.

La start-up basée à Douala, et employant 5 personnes, benficie du soutien de la commission nationale pour l’UNESCO. Et est en discussion avec le MINEFOP afin que les formations sur EKO soient certifiantes et reconnues par l’État. Le 13 mars prochain à Yaoundé,  l’application sera officiellement présentée au public en présence de nombreuses personnalités de l’éducation, de l’emploi et de la formation professionnelle.

Facebook Comments