Présidentielle 2018: les Etats-Unis mettent en doute la légitimité du président Paul Biya

0
295
TCL TV

Le département d’Etat américain soutient que l’élection du 7 octobre dernier a été entachée « d’irrégularités », notamment, de « bourrage des urnes ».

Capture d’Ecran

Le pays de Donald Trump précise sa position face à la présidentielle camerounaise du 7 octobre 2018, laquelle a reconduit Paul Biya à la tête du pays après 35 ans de gouvernance. Les Etats-Unis se sont rangés mercredi derrière les partis politiques de l’opposition qui avaient toujours dénoncés des irrégularités à ladite élection.

Le regard des Etats-Unis sur le déroulement du scrutin du 7 octobre est dévoilé dans le rapport du département d’Etat sur le Cameroun rendu public mercredi, 13 mars.  Après de nombreuses allusions sur la longévité de Paul Biya au Pouvoir, les Etats-Unis y évoquent « l’affichage tardif des lieux de vote et des listes électorales »,le « bourrage des urnes », des « électeurs inscrits plusieurs fois », et possible  » une manipulation des résultats de vote « 

Une victoire et pas de félicitations

La sortie des Etats-Unis remet à l’ordre du jour le comportement des autorités américaines au lendemain de la victoire du président Paul Biya. Elles n’avaient pas adressé de félicitations au chef de l’Etat à l’inverse de la France. Elles avaient choisi de porter leurs félicitations à l’endroit du peuple camerounais pour leur calme tout au long du processus électoral.

La classe politique camerounaise avait contesté le processus électoral au lendemain du 7 octobre. Elle a porté ses objections devant le Conseil constitutionnel, l’organe responsable de vérifier la régularité des élections et dont la décision n’est pas suceptible de recours. Maurice Kamto, Cabral Libii, Joshua Osih… ont demandé l’annulation totale ou partielle du scrutin, entre autres. Le Conseil constitutionnel a jugé « irrecevable » la majorité des recours dont il a été saisi.

Un coup de froid

Les relations entre le Cameroun et les Etats-Unis ne sont pas au beau fixe ces dernières semaines. Le gouvernement américain a réduit son aide militaire au Cameroun pendant que son sous-secrétaire d’Etat chargé des Affaires africaines, Tibor Nagy, multiplie des sorties fracassantes sur l’objet de sa visite au Cameroun. Une attitude qui n’est pas du goût des autorités camerounaises, d’autant plus que le diplomate a porté cela à l’attention de  tous.

Tibor Nagy a fait savoir qu’il venait discuter de l’arrestation de Maurice Kamto et ses partisans ainsi que de la crise anglophone. Il est question pour lui d’appeler les autorités à faire preuve de « sérieux dans la résolution de la crise ».  Quelques mois plus tôt, le diplomate américain jugeait « insuffisant » l’arrêt des poursuites contre des activistes anglophones.

Facebook Comments