Cameroun: Le 2e pont sur le Wouri prend de l’eau

0
268

Des travaux d’assainissement d’urgence ont été entrepris pour juguler l’inondation enregistrée sur cet ouvrage à chaque pluie.

Le spectacle devenu habituel s’est encore répété le jeudi 28 mars à l’entrée du second pont sur le Wouri à Douala, du côté du « Rond-point Deïdo ». Après la pluie qui s’est abattue sur la ville pendant près de 4h, il est devenu difficile pour les usagers de s’engager sur cet ouvrage d’art. Les eaux de pluie qui se sont créées un passage sur ce pont pouvaient atteindre près d’un mètre de hauteur par endroit. Impossible donc pour des véhicules de traverser le pont. De nombreux usagers de la ville ont du faire la marche à pied, le temps que la hauteur de l’eau baisse de manière à permettre aux véhicules de s’engager sur cette voie.

« Il y avait de l’eau partout. Je me suis même demandé à un moment si c’était l’eau du fleuve qui avait débordée », raconte un usager. Mécontents, de nombreux usagers ont remis en question la qualité des travaux effectués. Des questionnements qui trouveront réponse dans le communiqué du ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi daté du 29 mars. On apprend ainsi que ces inondations sont causées par « le dysfonctionnement prononcé de l’ouvrage hydraulique Oh5, situé sur la bretelle d’accès à l’ancien pont sur le Wouri ». D’après le Mintp, l’évacuation de l’eau de cet ouvrage est réduite à cause de « la présence en son exutoire d’une conduite d’eau Camwater 1200mm, et d’autres encombrements par des matériaux solides rejetés par les usagers ».

Des travaux de réaménagement et de curages des voix de canalisation sur le deuxième pont du Wouri ont immédiatement été lancés. Des ouvriers munis de pèles ont engagé des travaux après le passage de la délégation composée du ministère des Travaux publics, des responsables de l’entreprise Sogea Satom et l’assistance en l’ouvrage, Louis Berger vendredi 29 mars à 14h. « Nous avons fait le tour et la première action prescrite c’est le curage automatique du système d’assainissement ; parce que lorsque les pluies tombent, elles charrient des débris solides qui bouchent les caniveaux », informe Jean Michel Mbella Eboumbou, le chef de la division des ouvrages d’art. En outre, ce dernier sensibilise les populations sur les immondices retrouvées près des canalisations.

« Il y a des débris qui encombrent et empêchent l’écoulement normal des eaux. Il faut donc sensibiliser les populations à un mode d’emploi », ajoute t-il. Ces problèmes d’évacuation d’eaux, dont la date de fin des travaux n’est pas précisée, doivent être résolus avant la réception définitive du 2nd pont sur le Wouri.

Facebook Comments