Cameroun – Performances Économiques: La BAD inquiète au sujet du Cameroun

0
166
Banque africaine de développement

La Banque Africaine de Développement (BAD) craint que l’accumulation de la dette publique, le déficit de la balance commerciale et l’insécurité dans certaines régions affectent négativement la croissance économique dans notre pays.

La BAD (Banque Africaine de Développement) n’est pas vraiment optimiste à propos des performances économiques du Cameroun. L’institution financière, dans son rapport sur les perspectives économiques en Afrique en 2019, se montre même inquiète pour notre pays, au moment où les prévisions sur le continent, annoncent une croissance projetée du Produit Intérieur Brut (PIB) réel de 4,4% en 2019 et 4,7% en 2020, grâce à la mise en activité d’infrastructures de production énergétique et de transport, et à la remontée des cours mondiaux du pétrole.

«Si l’institution financière africaine reconnaît qu’en 2018, la croissance du PIB réel a atteint 3,8% contre 3,5% en 2017 grâce à la demande intérieure, principal soutien de la croissance économique (par la consommation et l’investissement), certains facteurs ne la rendent pas optimiste. Il s’agit notamment du déficit budgétaire qui poursuit son déclin en se situant à 2,6% du PIB en 2018 contre 4,9% en 2017 et 6,2% en 2016», note l’hebdomadaire Repères en kiosque le 15 avril 2019.

Selon le rapport de la BAD, «le financement des projets d’infrastructures réalisés dans le cadre de la politique d’émergence du pays, grâce à des prêts commerciaux et publics a conduit à une accumulation de la dette publique qui, en 2018 atteint 34% du PIB ou 38% avec l’inclusion de la dette des grandes entreprises publiques contre 12% en 2007. La politique monétaire commune de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) restrictive en 2017 le demeure en 2018. Le solde de la balance courante reste déficitaire en 2018 avec 3,2% contre 2,7% en 2017».

La BAD pense ainsi que les perspectives de croissance sont incertaines au Cameroun. «Le niveau des recettes budgétaires attendues en 2019 est fortement dépendant des fluctuations des cours mondiaux du pétrole. Les perspectives de croissance économique sont également menacées par la dégradation de la situation sécuritaire dans les Régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, en proie à une crise socio-politique persistante, où se trouvent d’importantes zones de production agricole et la plus grande entreprise agro-industrielle nationale. Si cette crise persiste, elle pourrait accroître le niveau des dépenses, de défense et de sécurité, affectant ainsi les prévisions budgétaires de 2019», prévient le bailleur de fonds dont le portefeuille au Cameroun est de 1000 milliards de FCFA.

Facebook Comments