Cameroun – Profanation de tombes et Trafic des Ossements Humains: Six fossoyeurs aux arrêts à Batouri

0
234

Avec un squelette humain de « moins de trois mois »,06 fossoyeurs de tombes, dont un camerounais et cinq centrafricains, viennent de tomber dans la nasse de la gendarmerie, à Batouri, département de la Kadey, Région de l’Est.

Avec Halynas Sidi Kouakep, à Batouri

La profanation de tombes et le trafic d’ossements humains se portent bien à dans la région de l’Est, notamment dans le département de la Kadey. Cette fin de semaine a été mouvementée à Batouri. 06 personnes parmi lesquelles un papa et son fils ,ont été rattrapé dans leur quête de l »argent facile ,par les éléments de la brigade terre de Batouri. Ils ont pris alors que ces fossoyeurs ,un camerounais et trois centrafricains , étaient à la recherche d’un acheteur pour leur marchandise. Un squelette humain de moins de trois mois qui aurait été déterre du côté de GBITI dans l’arrondissement de KETTE.

Les cheveux sur une partie du crâne ont prouvé que c’est un squelette récent. Le papa et son fils le nommé MBAKI, démarcheurs dans l’affaire, bien connus dans la ville ,vont malencontreusement tombés sur les éléments de l’adjudant chef MVONDO commandant la brigade terre de BATOURI.

Selon certaines indiscrétions, le cimetière musulman de BATOURI est vide de squelette. Ces malfrats et leur complices sont passés par là. Si bien que les autres arrondissements de la kadey sont désormais en danger. Depuis quelques jours des rumeurs circulant sur les vraies commanditaires de ces basses besognes circulent dans la KADEY. Pour le moment, ils ne sont pas encore interpellés. Certains arguent même qu’ils ont des moyens pour se protéger et que ceux arrêtés ne sont que du menu fretin. Ces jeunes gens qui n’auraient pas de moyens pour huiler la machine. Des noms circulent. Ces jeunes arrêtés ont parlé. Le peuple attend les gros bonnets tapis dans l’ombre qui attendent que tout se calme pour reprendre le travail. En attendant le petit poussin continuera à être la proie de l’épervier.

Facebook Comments