Guyzo L’Amour: un talent sur fond d’improvisation

0
219
TCL TV

Le jeune parolier, auteur de deux albums déjà, a trouvé en l’événementiel une scène d’expression par excellence.

Dire que c’est « le roi de l’intermède musical » n’a rien de superflu. Guyzo L’Amour a construit son espace d’expression autour de l’événementiel et a toujours su saisir son temps d’intervention pour bâtir sa renommée et se faire son per diem. « C’est mon heure de gloire », soutient-il et sans reprendre son souffle, il ajoute, l’air sérieux : « Quand je viens chanter, je me renseigne juste sur la nature, l’objet et les objectifs visés par les principaux acteurs de l’événement, et le tour est joué ».

L’improvisation se joue là, sur place, soutenue par une guitare sèche sonorisée. Ainsi, lors de la remise des dons par le Cercle des amis du Cameroun (CERAC) à la léproserie de Ngalan, à Ebolowa, c’est un virtuose du verbe et de la guitare que l’imposant public (re)découvre. Le texte, constate-t-on alors, exalte les actions du CERAC et de sa présidente-fondatrice, en faveur des « plus faibles », précise-t-il, sous un tonnerre d’applaudissements.

Et c’est cela Guyzo L’Amour, jeune homme « Yewol », né le 13 février 1985 à Mfala, village de l’arrondissement d’Efoulan département de la Mvila. S’il reconnaît faire partie intégrante de la tribu « des mangeurs de chiens », il définit sa tribu comme celle des hommes d’un humanisme réel, vaillants, intelligents et courageux. Voilà pourquoi il sollicite toujours présenter son répertoire musical de circonstance aux cérémonies organisées ci et là.

Ayant perdu la vue dès le très bas âge, il prend le banjo que lui offre son frère aîné, en signe de consolation, comme l’outiltremplin qui va guider et construire sa vie. Interprétant Georges Brassens, Michaël Jackson, Ottou Marcellin et Dony Elwood, il va passer à la composition de ses propres chansons. Le jeune chansonnier sort successivement « Ngon Ntumu » et « Couples d’Afrique » en 2010 et 2014.

Facebook Comments