L’Éthiopie se voit retirer l’organisation de la CHAN 2020 au profit du Cameroun

0
295
TCL TV

La Confédération Africaine de Football (CAF) a estimé que l’Éthiopie ne serait pas en capacité d’organiser le Championnat africain de football (CHAN) en 2020. Une accumulation de retards dans les travaux de construction et d’aménagement a effrayé les équipes de la CAF en charge de vérifier l’avancée des chantiers.

Pour le Cameroun, le transfert de la CHAN 2020 sur son territoire est évidemment perçu comme une victoire et une validation de sa stratégie après le retrait de la CAN 2019 par la même CAF, qui lui accorde dorénavant toute sa confiance. Ce succès pour le Cameroun s’accompagne également par la satisfaction d’avoir finalisé ses travaux dans les délais, et d’accueillir également la Coupe d’Afrique des Nations en 2021.

La différence entre la CHAN et la CAN réside dans le fait que la CHAN réunit uniquement des joueurs africains opérant dans des clubs du continent africain, alors que la CAN permet à des footballeurs africains évoluant dans des clubs du monde entier de s’affronter lors d’une compétition.

Le Cameroun a tenu ses délais de finalisation des travaux
La méthodologie adoptée par les autorités du pays, sous l’impulsion du Président Paul Biya est ainsi couronnée de succès. Et cette victoire est dorénavant reconnue par tous, y compris par la CAF qui, par ce transfert de la CHAN au Cameroun valide la force de travail camerounaise, alors même que l’option algérienne avait été sérieusement envisagée pour remplacer l’Éthiopie.

Des infrastructures modernes pour optimiser l’accueil de la CHAN 2020
La logistique indispensable afin de mettre en place une compétition sur son territoire est le cœur de toute organisation moderne.

Le réseau routier, connectant les stades aux hôtels, aux centres-villes et aux aéroports a dû être remis à neuf afin que les conditions de sécurité soient optimales durant les déplacements.

De plus, les moyens de télécommunications, indispensables à la transmission des matchs au travers des réseaux de télévision, ont également été mis à jour pour que les téléspectateurs puissent profiter de la compétition sans la moindre anicroche.

En termes de sécurité à l’entrée du pays, l’aéroport international de Yaoundé s’est doté des derniers systèmes de contrôle des bagages et des personnes, en améliorant son matériel pour qu’il soit au niveau des standards internationaux, et en formant son personnel aux dernières techniques.

Les stades camerounais, à la pointe de l’accueil des joueurs et des spectateurs
Sans le moindre doute, les six stades qui auront la capacité d’accueillir la compétition africaine seront, avec les joueurs, les stars de la CHAN. Avec quatre nouveaux complexes sportifs et deux autres remis à neuf, le Cameroun est dorénavant à la pointe de la modernité en termes sportifs sur l’ensemble du continent africain.

Les deux plus grands stades du pays sont dorénavant le stade d’Olembé situé près de la capitale, Yaoundé, et qui pourra accueillir un maximum de 60 000 fans du ballon rond, et le stade de Japoma à Douala, la capitale de la région Littoral, et ses 50 000 places.

Pour le Cameroun, la présence de deux compétitions internationales africaines en deux ans sur son territoire est vécue comme la plus belle des revanches, et les années 2020 et 2021 sont attendues avec impatience.

D.N

Facebook Comments