Partis politiques : Le Mrc annonce des manifestations le 6 avril

0
170
MRC dans un meeting à Yaoundé

Le parti de Maurice Kamto demande la révision consensuelle du code électoral avant toute élection.

Le ton de la conférence de Le ton de la conférence de presse disait long sur ses enjeux et la nécessité d’assumer ses responsabilités face à l’histoire. A quelques mois de l’organisation des prochaines échéances électorales au Cameroun, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) dénonce toute tentative « éhontée d’organiser des élections au Cameroun avant la fin de la sale guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest meurtries et endeuillées ». C’est en ces termes que Me Emmanuel Simh, le 3eme vice-président du Mrc, a résumé la situation du Cameroun qui traverse à ses yeux une situation critique.

Prenant à témoin le peuple camerounais et la communauté internationale, il a affirmé que « le Mrc dénonce la mise sur pied dune machine de fraudes électorales, s’appuyant sur des procès- verbaux préfabriqués d’Elecam et des complicités ignobles auprès des administrations publiques ». Les interdictions systématiques de toutes les activités du parti étaient aussi au menu. Constatant que le Rdpc a curieusement fêté son anniversaire en occupant les voies publiques et les grands carrefours de villes et villages, pour organiser librement des meetings sur l’ensemble du territoire national, sans la moindre interdiction des forces de l’ordre et des autorités administratives, l’avocat du Mrc demande aux forces de l’ordre et aux autorités administratives de garder le même traitement accordé au Rdpc le 24 mars dernier, envers tous les partis politiques. Le directoire du Mrc instruit à tous les responsables des structures de base de ce parti, de déposer les déclarations de manifestations publiques pour la journée du 6 avril 2019.

Le Mrc fait également appel aux partis de lopposition et à la société civile pour une grande synergie daction dans la revendication du respect des droits constitutionnels du peuple camerounais. Me Emmanuel Simh a profité de la circonstance pour dénoncer la modification partielle et partiale de la constitution du Cameroun, et de la loi portant code électoral. « Le régime ayant insidieusement et malhonnêtement opté dorganiser les élections régionales avec un collège électoral illégitime et complètement acquis à sa fraude organisée », a-t-il précisé. Opiniâtre, Emmanuel Simh a également dénoncé « la conspiration de ladministration acquise au Rdpc, en plus de la barbarie des forces de lordre contre son parti, les arrestations arbitraires des militants et sympathisants sur lensemble du territoire national et exiger non seulement le dialogue inclusif qui permettra de mettre fin à la guerre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest mais aussi réitérer les exigences du Mrc quant à la libération sans condition, de leur « Président élu, Maurice Kamto », de leurs alliés, des militants et sympathisants du Mrc emprisonnés dans différentes prisons du pays. Le Mrc exige la révision consensuelle du code électoral avant lorganisation de toute élection dans notre pays.

Facebook Comments