Samuel Dieudonné Ivaha Diboua: « Les stades de la CAN sont visibles à Douala »

0
200
TCL TV

M. le gouverneur, en tant que président du Comité de site de la CAN, pouvez-vous nous donner un aperçu de l’évolution des chantiers des infrastructures sportives à Douala ?

Je salue votre initiative de vous intéresser à l’évolution des chantiers des infrastructures sportives au niveau du site de Douala. Ceci me donne l’opportunité de dire que le niveau d’évolution est globalement satisfaisant. Le gouvernement a fait une passe à la jeunesse sportive du Littoral. Le Cameroun tout entier sera fier de ces investissements. Les quatre principales infrastructures sportives de Douala sont réparties de manière géographique de telle sorte que tous les coins de notre ville sont dotés de beaux stades. A Bépanda, vous avez le mythique stade de la Réunification et son stade annexe. Makepe et Bonamoussadi héritent d’un beau stade d’entraînement qui pourra abriter les compétitions de notre championnat, le stade Mbape Leppe est au service des habitants d’Akwa, Deido, Bonanjo, Bonapriso, et Japoma devient, du fait de son complexe sportif, une véritable destination touristique. Le chef de l’Etat a pensé positif et la jeunesse du Littoral lui en sait gré. Ce tableau m’amène à dire qu’à date, les chantiers évoluent à un rythme très encourageant. Comme vous le savez, le mois de mars avait été retenu pour nous permettre de voir sur nos divers stades, la pose du gazon, et le gazon a été posé dans tous les stades bien avant le mois de mars. Le développement des infrastructures sportives est satisfaisant.

Concrètement, cela renvoie à quoi ?

Je pourrais concrètement dire que le stade de Japoma par exemple, à l’occasion de la CAN 2019 qui se déroulera dans quelques mois en Egypte, pourrait déjà accueillir des matchs d’exhibition. C’est un stade aux normes Fifa. Les sièges sont fixés, la façade principale affiche sa baie vitrée et ce stade a déjà sa toiture. Ceci pour montrer qu’un effort sérieux a été fait. Je parlerai aussi du stade de la Réunification qui a connu une véritable métamorphose. Je dirai la même chose pour les stades d’entraînement de Bonamoussadi et de Mbappe Leppe. Le gazon est posé, il est vert et bien arrosé. Il ne reste que les toitures pour ces stades annexes. Mais vous savez bien que le stade d’entraînement du stade la Réunification a déjà tous ses sièges, il est couvert, les pylônes pour l’éclairage sont placés et la pelouse a fière allure. L’info claire et nette. Ces constats m’amènent à dire que courant juin de cette année, Douala sera au rendez-vous des compétitions sportives de haut niveau. Il reste cependant à souhaiter que les infrastructures routières puissent connaître la même avancée. Vous savez que bien avant les chantiers de la CAN, le gouvernement avait déjà consenti de lourds efforts financiers pour doter Douala d’infrastructures routières modernes. Je pense à la pénétrante Est qui conduit au complexe sportif de Japoma, au deuxième pont sur le Wouri et à la Pénétrante Ouest qui faciliteront l’accès au site de Limbe. Les entreprises sont donc mobilisées pour faciliter l’accès des populations à ces stades.

Les mêmes entreprises semblent financièrement à bout…

Je vous ai parlé tantôt des projets d’infrastructures dont le gouvernement vient de doter Douala. Vous conviendrez avec moi que leur réalisation a nécessité un certain effort financier. Par ailleurs, la crise sécuritaire que traverse notre pays dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la lutte contre Boko Haram, le fonctionnement des services de l’Etat au quotidien ont une incidence sur la trésorerie de l’Etat. Le gouvernement a cependant pris des engagements auprès des partenaires que sont les entreprises pour faire évoluer ces chantiers qui vont accompagner les infrastructures sportives de la CAN. L’argent pourrait peut-être se faire rare par moments, mais il faut savoir que l’Etat paie les décomptes des entreprises. Je suis en contact avec les entreprises par rapport à ces aspects. Je peux vous dire que ces entreprises seront payées. Il n’y a donc pas lieu de céder à la panique, encore moins au découragement. Je salue les entreprises qui sont sur le terrain. Elles ont prouvé qu’elles sont citoyennes. Je visite régulièrement les voies de contournement du complexe sportif de Japoma (Nyalla-Total Nkolbong). Malgré les difficultés passagères que l’Etat peut connaître, beaucoup d’entreprises font des efforts pour travailler sur les différents chantiers. Cela dit, je me réjouis de ce que dans l’ensemble les préparatifs de la CAN à Douala augurent de bonnes perspectives.

La consommation des délais dans ces différents projets vous convient-t-elle ?

Je vais vous surprendre en vous révélant qu’à la fin de l’année 2018, nous notions un certain gap par rapport à ces délais, un gap assez sérieux même. Mais dans la plupart des stades en chantier dans la ville de Douala, ces délais ont été rattrapés et dans certains cas, dépassés. D’autres entreprises par contre, du fait des procédures au niveau de la douane, peuvent accuser du retard mais je vous dirais également à ce niveau que le gouvernement est en train de trouver des solutions intéressantes.

Facebook Comments