Barrage de Mekin – Environnement et Santé: Quand les populations riveraines trinquent

0
187
TCL TV

Elles n’ont pas été délocalisées, comme le recommandaient les experts. Une situation qui fait craindre des cas récurrents de cancers.

«Ce barrage est pareil à la bombe atomique larguée sur la ville d’Hiroshima au Japon, ses effets sur nous seront dévastateurs de générations en générations». Quand elles parlent du barrage hydroélectrique de Mekin, les populations riveraines dissimulent mal leurs inquiétudes, comme cet homme, qui ne tient pas à décliner son identité. Il n’est d’ailleurs pas le seul à parler sous le sceau de l’anonymat, tellement les accusations sont graves. A Mekin, tout le monde se souvient encore des consultations foraines, organisées par les responsables de la société Mekin Hydroelectric Development Corporation (HydroMekin), pendant lesquelles des experts ont expliqué aux populations que cet ouvrage présente des dangers importants sur leur santé.

«Les experts étaient formels, les rayons que le barrage dégage sont extrêmement nocifs. Les mêmes experts estimaient qu’il ne fallait pas laisser les populations à proximité du barrage. Il était donc question de nous délocaliser sur un autre site. Mais vous-même vous pouvez constater que ces recommandations n’ont pas été suivies comme prévu. Le barrage a été construit au mépris de la vie humaine », raconte le même homme, visiblement courroucé. Une riveraine, tout autant courroucée, reprend la copie des experts commis par Hydro-Mekin sur le risque sanitaire encouru par les populations dans le cas où elles n’étaient pas éloignées du barrage: «tout le monde va âtre exposé à diverses maladies. A commencer par les cancers de toutes sortes, les maladies cardio-vasculaires sans oublier des risques évidents d’infertilité».

La note est salée. Ce qui pousse la même femme à conclure que l’apocalypse n’est plus loin à Mekin: «ce n’est plus un doute, les différentes tribus qui vivent ici sont toutes menacées de disparition». Comment a-t-on pu en arriver là? Pour les riverains, poser cette question c’est enfoncer une porte ouverte. Car le coupable, pour eux, est tout désigné : il s’agit d’Hydro-Mekin. Des accusations loin d’être surfaites. C’est bien à HydroMekin que le président de la République, Paul Biya, a confié la mission de concevoir, de financer, de construire et d’exploiter le barrage de Mekin. L’étude d’impact environnemental et social de ce projet structurant entre bien dans le périmètre de cette mission claire que le chef de l’Etat a confié à Hydro-Mekin. Malheureusement pour les populations riveraines, cette étude a été bâclée. Et c’est ce qui explique leur présence à proximité du barrage.

Pour Jean Yves Ngono Misso, le président national du Syndicat national des travailleurs du secteur de développement des ouvrages de production de transport et de régulation de l’électricité, cet échec était prévisible. Il soutient que «les responsables d’Hydro-Mekin ne sont pas à la hauteur». Une pique orientée vers Louis Paul Motaze, l’actuel ministre des Finances (Minfi), à la tête du conseil d’administration d’Hydro-Mekin depuis la création de cette société en 2011. Mais M. Ngono Misso prévient: «quand je parle d’incompétence ce n’est pas une insulte délibérée, je ne fais que dire ce qui est».

Facebook Comments