Cameroun – Activités Politiques: Cabral Libii se fait des soucis pour «Les citoyens»

0
217
TCL TV

Le leader du mouvement «Onze millions» dénonce une «conspiration» contre la dynamique qu’il conduit.

Face à la presse le 30 avril 2019, Cabral Libii a dit son étonnement, contraint qu’il est, à l’inaction par les autorités camerounaises. Le leader du mouvement «11 millions de citoyens» a fait cette déclaration au cours du point de presse qu’il a tenu le 30 avril 2019 à Yaoundé. A l’occasion, le candidat à la dernière élection présidentielle a relevé qu’alors que son mouvement s’apprêtait à tenir une réunion à Biyouha dans le département du Nyong-et-Kellé, en pleine région du Centre une réunion; Alors même qu’il était en possession d’un récépissé de déclaration, le sous-préfet du coin s’est opposée invoquant une «suspension de toute activité politique de monsieur Cabral Libii».

Cabral Libii s’étonne: «nous avons demandé à Mme le sous-préfet de nous tenir l’acte de suspension. Elle était incapable de nous donner ce document. Elle avait reçu instruction de sa hiérarchie pour le faire». Cabral Libii qui par ailleurs, attend toujours l’autorisation de son parti politique dénommé Les Citoyens, crie au complot. «C’est une conspiration contre la jeunesse camerounaise, une conspiration contre toute dynamique nouvelle», se convainc-til. Le jeune leader politique estime que ceux qui dirigent le Cameroun veulent casser toute opposition. La preuve «le deuxième de la dernière élection présidentielle est en prison, le troisième est suspendu de toute activité politique, mais nous prétendons que nous sommes dans une démocratie. Ça ne peut plus continuer comme cela».

L’air déterminé, Cabral Libii promet de se battre. Il annonce la saisine des instances judiciaires camerounaises et internationales. «Nous irons jusqu’au bout. Nous considérons que c’est la forfaiture de trop», s’indigne-t-il. Depuis le dépôt de dossier de légalisation du parti de Cabral Libii, dénommé Les Citoyens, l’autorité compétente n’a pas encore légalisé cette association politique. Une situation qui a poussé Me Christian Bomo Ntimbane, conseil de Cabral Libii, à rendre publique une lettre ouverte au ministre de l’Administration territoriale (Minat), pour lui suggérer de procéder à la légalisation de ce parti politique.

Facebook Comments