Cameroun: « Le décret querellé ne souffre d’aucune infirmité juridico-administrative et juridico-constitutionnelle »

0
187
ViviLnk

MATHIAS ERIC OWANA NGUINI, sociopolitiste

«Quand la contestation tontinarde verse dans le don quichottisme juridique : ses arguments oiseux sur le décret de délégation permanente de signature au secrétaire général de la présidence de la république par le président de la république. Déterminés à arriver au pouvoir par un forçage putschiste / insurrectionnel des institutions. Les tontinards déploient maintenant des brigades d’interprétation rapide pour tenter de dénigrer le décret de délégation permanente de signature, texte signé par le président de la République du Cameroun (Paul Biya) au bénéfice du secrétaire général de la présidence de la République (le ministre d’Etat Ferdinand Ngoh Ngoh).

Il s’agit de manœuvres dolosives visant à faire croire que le président Paul Biya est incapable de gouverner, a transmis frauduleusement le pouvoir de l’ exécutif présidentiel qu’ il tient de l’onction électorale à un délégué non élu avec une malhonnêteté consommée, les détracteurs du renouveau se posent en vulgaires manipulateurs et fieffés menteurs, en faisant croire que ce décret de délégation permanente de signature exprime une transmission dynastique du pouvoir présidentiel qu’ils appellent succession de gré à gré !!! C’est une démarche de part en part cousue de fil blanc qui relève d’une stratégie misant explicitement sur l’instrumentalisation du dénigrement décomplexé à des fins insurrectionnelles.

En d’autres termes, les zélotes tontinards viscéralement opposés au renouveau induisent délibérément en erreur les Camerounais, leur faisant croire de manière cynique que le président Biya aurait par la voie de ce décret, choisi son successeur – dauphin !!! Cela est clairement fait pour pousser les Camerounais à se soulever contre une telle perspective qui n’ est pourtant qu’une éventualité fantasmée !!! En fait, le décret querellé ne souffre d’aucune infirmité juridico-administrative et juridico-constitutionnelle. La technique administrative de la délégation permanente de signature est bien établie comme un outil routinier mobilisé au bénéfice des secrétaires généraux de la présidence dans le cadre des nécessités de service permettant au président d’organiser le travail gouvernemental ainsi que le service public de la coordination gouvernementale, compte tenu des fonctions d’assistance auprès du président de la République dévolues au Secrétaire général de la présidence.

Les secrétaires généraux de la présidence en bénéficient systématiquement d’un tel décret. Cela signifie que les zélotes mrcistes versés dans l’aversion anti-sardinarde luttent contre des moulins à vent en brassant du vent. Ils sont versés dans un don quichottisme juridique de mauvais aloi. »

Facebook Comments