CAN U17 : Narcisse Mouelle Kombi humilie le Cameroun

0
293
TCL TV

Le ministre des Sports et de l’Education physique a été éconduit du stade lors de la remise des médailles et trophées aux vainqueurs de la CAN des moins de 17 ans organisée en Tanzanie. Une cérémonie à laquelle il n’était pas habilité à participer.

Ensemble-veste bleu-marine, cravate fleurie, chemise blanche en interne et chaussures en peau de reptiles rares, le ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep) s’était mis sur son 31, le 28 avril 2019. Narcisse Mouelle Kombi avait certainement lu dans une boule de cristal, que cette tenue vestimentaire lui porterait chance. Puisque ce jour, à Dar es Salaam en Tanzanie, l’équipe nationale du Cameroun remportait la Coupe d’Afrique des nations de football des moins de 17 ans (U 17) en battant son adversaire, la Guinée Conakry (0-0, 5 tirs au but à 3).

Tous les ingrédients étaient donc réunis pour une fin de CAN en apothéose. Mais c’était sans compter avec Ahmad Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF), très méticuleux. Quelques minutes après le dernier tir au but sanctionnant la victoire des Lions cadets, alors qu’il s’apprêtait avec d’autres responsables de la CAF, à remettre des distinctions individuelles et collectives aux joueurs, le Malgache s’est rendu compte de la présence au bas de l’estrade, d’un intrus: le ministre camerounais des Sports. Son sang n’a fait qu’un tour. Le patron du football africain depuis le 16 mars 2017 a aussitôt ordonné, après avoir échangé quelques paroles avec le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) Seidou Mbombo Njoya, que le Minsep Narcisse Mouelle Kombi soit éconduit immédiatement hors de la pelouse. Une décision sans appel.

Toute honte bue, l’ancien ministre des Arts et de la Culture, qui avait subitement perdu son sourire, et semblait même avoir pris quelques rides suite à cet incident, a repris le chemin de la tribune officielle, tête baissée, sous le regard impuissant du président de la Fecafoot, seul habilité selon les statuts de la CAF, à prendre part à la cérémonie de remise des médailles et trophées de la CAN U17. Mais, grande a été encore la surprise des spectateurs, une fois les responsables de la CAF partis de l’aire de jeu, de voir Narcisse Mouelle Kombi, l’invité surprise, réapparaître sur la pelouse du stade national de Dar es Salaam, brandissant le trophée, et manifestant sa grande joie, sous le regard hébété des Lionceaux qui ont transpiré plus de 90 minutes pour arracher la victoire finalement aux tirs aux buts.

En tout cas, en renvoyant à la tribune Narcisse Mouelle Kombi, qui espérait soulever le trophée en mondovision comme son prédécesseur Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt en 2017 au Gabon, lors de la CAN senior gagnée par le Cameroun face à l’Égypte (2-1), la CAF réaffirme sa détermination à tenir à l’écart tous les politiques de la gestion des affaires du football. D’où la question de savoir par quelle alchimie le Minsep qui avait assisté, quelques jours plus tôt au tirage au sort de la CAN 2019 au Caire en Egypte, a encore réussi à obtenir un bon de sortie du territoire national ?

Tant une récente décision du Premier ministre limite les déplacements des ministres, directeurs généraux des sociétés d’État et des hauts fonctionnaires à l’étranger. En effet, dans un message porté du 05 avril 2019, le secrétaire général des services du Premier ministre, Séraphin Magloire Fouda précise que sur instruction du Premier ministre, «seules les missions statutaires dont l’utilité pour le Cameroun est avérée seront autorisées ».

Par conséquent, poursuit-il, «les demandes d’autorisation de sortie du territoire, en vue de la participation à des activités telles que les conférences, les séminaires, les colloques ou les remises de prix seront systématiquement rejetées, en particulier lorsque ces déplacements sont supportés par le budget de l’État ou celui des organismes publics concernés». Dans ce message ayant pour objet «déplacements des membres du gouvernement, des directeurs généraux des sociétés d’État et des hauts fonctionnaires», il est demandé aux destinataires du message porté de «discriminer avec la plus grande rigueur les demandes d’autorisation de sortie» à soumettre à la sanction du Premier ministre ou à celle du chef de l’État.

Narcisse Mouelle Kombi n’aurait jamais dû se retrouver à Dar es Salaam. Il s’agit vraisemblablement d’un cas d’indiscipline, voire un sabotage des actions du gouvernement piloté par Joseph Dion Ngute.

Facebook Comments