Collusion Mafieuse: Quand Tombi saignait les caisses de la Fecafoot par le biais de son frère

0
236
TCL TV

Il est le propriétaire de la société K.N Services, un sous-traitant dont Prime Potomac a demandé sans succès d’auditer parce que suspecté de se faire indûment payer par l’ex président de la Fecafoot payer à coup de surfacturations et prestations fictives.

Le 08 mai 2017, Ben Modo saisit Tombi à Roko, le président de la Fecafoot de l’époque, pour procéder à la suspension de K.N Service et demande l’audit des dépenses de matériels de chantiers de Bamenda, Bagangté, Bafia et Sangmelima. « J’ai l’honneur de venir auprès de votre haute personnalité solliciter l’arrêt des paiements au sous-traitant K.N Services que vous avez désigné pour l’achat du matériel dans les chantiers de Bamenda, Bagangté, Bafia et Sangmelima. Cette suspension prend effet immédiatement », écrit le Pdg de Prime Potomac. Dans la foulée, Ben Modo sollicite un audit des dépenses en matériels payés à la Société K.N Services, depuis son engagement dans le projet. Pendant la période d’audit, M. Modo suggère que la société du frère de Tombi à Roko soit interdite d’accès dans les chantiers des quatre stades.

L’ancien président de la Fecafoot va plutôt créer un écran de fumée pour brouiller les pistes afin de se servir dans les caisses en toute quiétude. Il sert plutôt une sommation à Prime Potomac. Le 12 mai 2017, il intime l’ordre à Ben Modo de payer la somme de 262,30 millions de Fcfa à K.N Services au titre de remboursement des dépenses relatives aux différents chantiers des stades. Le 29 mai 2019, c’est le secrétaire général adjoint (SgA) de la Fecafoot, Patrick Eugène Ebode Tsanga qui revient à la charge. Il met en demeure Ben Modo sous le prétexte que Prime Potomac n’aurait pas exécuté ses obligations contractuelles dans la mesure où la société n’aurait pas préfinancé les travaux de construction des stades. Ce qui est faux car, il y avait une condition pour cela (voir article plus haut).

Par ailleurs, le Sg-A accuse Ben Modo d’avoir violé la clause de confidentialité insérée dans les conventions avec la Fecafoot, en ce qu’il a divulgué dans divers médias les éléments financiers ainsi que des informations sur les activités des parties. « Par ailleurs, nous avons reçu des plaintes des employés et sous-traitants travaillant dans les chantiers accusant Prime Potomac de n’avoir pas payé leurs prestations nonobstant les engagements pris par cette société », écrit M. Ebode Tsanga. Il va alors presser Prime Potomac d’honorer ses engagements dans les 48 heures suivant la notification de la mise en demeure, faute de quoi, les conventions seront considérées comme résolues de plein droit, sans préjudice des dommagesintérêts que la Fecafoot pourrait réclamer à la société Prime Potomac. Une démarche plus proche d’un subterfuge pour détourner les regards du montage de détournements des fonds mis en place par l’ex homme fort de Tsinga par le biais de la société K.N services de son frère Kolobo Ismaël.

Facebook Comments