Lutte contre les Abus de la Gendarmerie: Le significatif bilan de la vulgarisation du 1501

0
149
Les éléments de la gendarmerie nationale en plein contrôle routier.

Déjà 100 gendarmes véreux punis pour faute professionnelle, plus de 22 000 plaintes enregistrées, un an après l’opérationnalisation de ce numéro vert numéro sur l’ensemble du territoire national.

Ceci n’est que la suite logique des nombreuses plaintes de corruption et autres dénonciations fondées des populations et usagers de la route, victimes d’escroquerie ou de tout autres mauvaises pratiques, à travers le numéro vert «1501» disponible 24h/24, depuis le 16 avril 2018, pour dénoncer tout acte d’abus commis par les pandores véreux de la gendarmerie nationale. Initiative louable du secrétaire d’État à la défense (Sed), Galax Yves Landry Étoga, dont l’objectif est de mettre hors des rangs les brebis galeuses qui ternissent l’image de la gendarmerie nationale, et de redorer le blason de ce corps des forces de maintien de l’ordre et de sécurité, afin de parvenir à «Zéro corruption et abus».

Concernant donc la centaine de punitions infligées, aux gendarmes coupables, le chef d’escadron, commandant du Poste de commandement opérationnel de la gendarmerie nationale (Pcops), spécialisé dans la lutte contre la corruption, fait savoir que 25% des sanctions rentrent dans le dossier disciplinaire, entraînant, entre autres, la perte de promotion, de stage et avancements. 15% de ces gendarmes indélicats ont été mutés, 5% ont été relevés de leurs fonctions, 5% sont actuellement devant le tribunal militaire, et 5% avertis. Ceci sur décisions du secrétaire d’État à la défense.

Extorsions des fonds

Georges Parfait Nana II, avoue avoir reçu plus de 600 appels. À l’en croire, la région du Centre vient en tête avec 250 appels, suivie du Littoral avec 200 appels. Le reste provenant des autres régions. «La nature des plaintes sont des extorsions des fonds lors des contrôles routiers 50%, les gardes à vue abusives 30%, les procédures qui disparaissent avec la destruction des preuves 20%, et le mauvais accueil dans les unités 10%», explique Georges Parfait Nana II.

C’est dire qu’après 12 mois d’opérationnalité, la hiérarchie de la gendarmerie nationale est en droit d’être satisfaite, dans la mesure où, avoue le commandant du Pcops, la gendarmerie nationale a réussi à établir un lien direct avec les populations qui appellent. «Ce qui nous permet d’avoir l’impact de nos actions et de prendre les dispositions qui s´imposent». Une fois de plus, un appel lancé aux gendarmes qui traînent encore le pas à se conformer à la nouvelle donne, celle d’une gendarmerie au service de la population qui doit se sentir à l’aise. Je puis vous assurer que, dans un délai très court, on ne parlera plus de corruption au sein de la gendarmerie nationale», décline le chef d’escadron.

Pour le moins, la gendarmerie nationale est disposée à prendre toute sa part dans la lutte que mènent les pouvoirs publics contre la corruption, par le biais des mesures contraignantes prises au quotidien pour dissuader les gendarmes indélicats. L’objectif ultime de cette démarche est de réduire la corruption au sein de la gendarmerie nationale à sa portion congrue, à défaut de l’éradiquer purement et simplement.

Facebook Comments