MEKIN – Maîtrise d’Ouvrage: Le Barrage perd l’eau

0
107

A cause des hésitations d’Hydro-Mekin, cet ouvrage n’arrive pas à tourner normalement parce qu’il est à l’origine de nombreuses inondations.

Gaston Eloundou Essomba, le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee), ne décolère pas depuis le début de cette année. Alors qu’il prévoyait d’annoncer la mise en activité, même partielle, du barrage de Mekin, des problèmes techniques sont venus modifier son agenda. Il espérait toutefois que tout soit réglé avant la fin du premier semestre de cette année. Malheureusement pour lui, ce timing ne peut pas être respecté. La faute à l’ampleur des problèmes. En réalité, le Minee voulait au plus vite mettre en service la seule des trois turbines en activité à Mekin, pour rassurer le président de la République. Qui commence à perdre patience car le barrage aurait dû entrer en activité en 2015.

Selon les explications d’un technicien d’Hydro-Mekin, pour faire tourner cette turbine il faut fermer les vannes du réservoir d’eau. Cette opération a déjà été tentée trois fois et à chaque fois, l’eau a débordé. «A chaque fois qu’on ferme les vannes l’eau s’échappe et elle noie les champs environnants. Même le Parc du Dja, qui est une réserve de l’Unesco, est sous les eaux. Plus grave, cette eau envahit la maison et les plantations de Paul Biya, et elle arrive jusqu’au pont sur Batouri», fait savoir notre source. Il faut noter que le barrage de Mekin est construit à Meyomessala, l’arrondissement du chef de l’Etat. Cette situation a aussi inquiété les populations quand l’eau a atteint la ville de Zoetelé, située à 28Km de Meyomessala.

C’est l’une des principales raisons pour laquelle le barrage de Mekin ne peut pas encore entrer en activité. Des confidences de palais indiquent que le président a perdu l’espoir. Selon les mêmes confidences, il pense qu’il est judicieux d’abandonner. Pour l’instant, ce n’est encore qu’une opinion. Avant que ça ne devienne un ordre Gaston Eloundou Essomba essaie de sauver les meubles. Cette semaine, il en saura davantage sur les pistes de solutions retenues pour juguler ces inondations. Pour l’instant, il n’est pas encore formellement question d’établir les responsabilités. Bien qu’un doigt accusateur soit pointé vers Hydro-Mekin. Des experts locaux sont convaincus que «le maître d’ouvrage a manqué d’expertise pour mener à bien ce projet». Une fois encore, la compétence de Louis Paul Motaze, le président du conseil d’administration d’HydroMekin, est mise en cause. Sauf que cette fois, la conséquence est énorme. Car si aucune solution n’est trouvée à ces inondations, il va falloir se résigner à abandonner ce projet. A l’origine, le maître d’œuvre chinois souhaitait changer de site pour construire un meilleur barrage. Cette hypothèse a été oubliée dans les tiroirs. Résultats des courses: on a un barrage qui perd l’eau.

Facebook Comments