SALAIRES ET PRIMES DES JOUEURS: Nouvel ultimatum de la Fifa à la Fécafoot

0
217
Fatma Samoura.
TCL TV

L’instance mondiale fixe au 31 mai 2019 comme date butoir de dépôt du rapport final résumant les états des montants dus aux professionnels du football camerounais.

À travers une correspondance datée du 22 mai 2019, la secrétaire générale de la Fédération internationale de football association (Fifa) donne cette dernière sommation au président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), Seydou Mbombo Njoya, pour que les salaires et primes dus aux joueurs des 24 clubs des Ligues 1 et 2 soient payés à brève échéance. «Nous soulignons, de nouveau, que nous nous attendons à ce que cette affaire soit résolue dans les plus brefs délais et que tous les joueurs concernés reçoivent les salaires et primes qui leur sont dus le plus vite possible», écrit Fatma Samoura. En effet, le secrétaire général de la Fédération internationale des footballeurs professionnels (FifPro), Theo Van Seggelen, a porté à la connaissance de la Fifa que le Comité ad hoc mis en place pour étudier et résoudre ce problème est présidé par le président du club New Stars de Douala, Faustin Domkeu, qui est accusé d’avoir des dettes ouvertes envers ses joueurs. Ce dernier vient d’être choisi parmi les présidents de club qui représenteront désormais la ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc) à l’Assemblée générale de la Fécafoot. Ceci, selon la Sg de la Fifa constituerait «un conflit d’intérêts». Ce d’autant plus vrai que l’on ne peut pas se fier à la fiabilité des investigations du Comité Domkeu.

Pressions

Raison pour laquelle la Fifa recommande fortement que le Comité ad hoc soit présidé par «une personne indépendante avec les qualifications requises». Pire, il a été rapporté à l’instance faîtière du football mondial que certains joueurs ont subi des pressions afin qu’ils signent un document confirmant la réception de paiements en espèces. «Dans ce contexte, et afin d’éviter une quelconque manipulation, nous soutenons la proposition de la FifPro selon laquelle le Comité ad hoc devrait seulement accepter des relevés bancaires ou une confirmation écrite du joueur, confirmée par un représentant de la Synafoc présent au moment du paiement, que le paiement a été effectué en espèces», consigne Fatma Samoura.

Rappelons que tout est parti d’une lettre adressée, le 05 février 2019, au président de la Fécafoot par le secrétaire général de la Fifpro, Theo van Seggelen, et par le président du Syndicat national des footballeurs camerounais (Synafoc), Geremi Njitap, par rapport au non-paiement des salaires et primes d’un nombre important de footballeurs camerounais évoluant en championnats professionnels des Ligues 1 et 2. Ceci étant, la FifPro avait demandé à la Confédération africaine de football (Caf) et à la Fécafoot d’obliger les clubs indélicats à respecter leurs engagements.

Selon le Synafoc, seuls Coton sport de Garoua, Union des mouvements sportifs de Loum, Stade Renard de Melong, Yong sport academy de Bamenda, Eding sport Fc de la Lékié, Bamboutos de Mbouda, Dynamo de Douala, Panthère du Ndé, se sont acquittés de leurs obligations vis-àvis de leurs joueurs au cours de la saison 2017- 2018 et de celle qui vient de démarrer. Dans son rapport, le Synafoc indique que Dragon de Yaoundé, Tonnerre de Yaoundé, Racing de Bafoussam, Renaissance de Ngoumou, Canon de Yaoundé, As Etoa-Meki de Yaoundé, Yaoundé II Fc, Cosmos de Bafia et Pwd de Bamenda, n’ont versé aucun salaire à leurs joueurs la saison passée.

Aigle royal de la Menoua, National polytecnic de Bamenda et Union de Douala n’ont versé qu’un mois de salaire à leurs joueurs. Quant à Ngaoundéré university, en plus des salaires, ses dirigeants n’ont payé aucune prime de match, aucune prime de signature. Compte tenu des obligations contractuelles, il avait été demandé au président de la Fécafoot de bien vouloir soumettre à la Fifa, au plus tard le 04 mars 2019, un rapport résumant les mesures que la Fécafoot aura prises dans cette affaire. Ce qui n’a pas été fait jusqu’à date et l’affaire est restée sans suite. Constatant donc la mauvaise foi de Seidou Mbombo Njoya, alors que la Fécafoot a la responsabilité de veiller au respect des droits de ses joueurs professionnels, la Fifa revient donc à la charge pour faire respecter les engagements pris avec les footballeurs professionnels des Ligues 1 et 2, et obtenir le paiement de leurs divers arriérés.

Facebook Comments