La guerre …

0
268
Paul Biya, Président de la République du Cameroun
TCL TV

C’est un mandat charnière pour le président Paul Biya, celui où se jouera l’héritage qu’il laissera à son peuple, celui aussi où se décidera l’avenir du Cameroun. Oui c’est un mandat difficile, très difficile, trop difficile et à haut risque. Car, le Cameroun est en équilibre instable. Alors que le pays est affaibli par la crise anglophone, voilà que la secte islamiste Boko Haram refait surface en puissance. Elle renait, s’étend et frappe désormais sans état d’âme. Pour la première fois depuis son déclenchement en 2013, le bilan a été lourd la semaine dernière : 16 militaires tués et 08 blessés stabilisés et évacués dans les formations hospitalières militaires; 06 civils tués et 64 membres de Boko Haram neutralisés. Oui le pays est en guerre. Et le bilan humain est très lourd.

La crise anglophone a atteint le précipice avec la paralysie totale des régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest. Boko Haram a fait son grand retour et frappe en plein cœur le grand Nord. La région de l’Adamaoua est dans un état inconfortable avec la montée des prises d’otages. Le contexte sociopolitique est agité et la crise post-électorale se durcit avec des arrestations spectaculaires. Désormais, l’organisation des élections régionales, législatives et municipales est hypothétique. A l’allure où vont les choses, seul un esprit de tolérance et d’acceptation mutuelle peut sauver la nation Camerounaise. Regardons nous en face et disons nous la vérité sans roublardise: l’unité nationale a foutu le camp. Les uns et les autres se regardent avec une attitude susceptible de favoriser la division, la haine et l’exclusion. Oui ce sont là les prémices de la guerre civile. Les signes d’une terreur annoncée si rien n’est fait pour décrypter l’atmosphère.

Face à une situation sécuritaire aussi mouvante que préoccupante, le sursaut de patriotisme est vraiment indispensable. Mais tout doit commencé par un dialogue politique apaisé et responsable, pouvant abouti à la réconciliation nationale.

Facebook Comments