Coopération Ambam -Beaumont: Mba Mbo tire sur ses détracteurs

0
114
Le Maire d'Ambam et le 1er Echevin de Beaumont, après la signature des conventions
TCL TV

A l’occasion de la signature de convention de jumelage entre les villes d’Ambam au Cameroun et de Beaumont en Belgique signée le 22 juillet dernier, initiée et facilitée par un camerounais de la diaspora, le Maire Hyacinthe Mba Mbo a craché du feu sur ses adversaires et nargué les compatriotes de la diaspora « négative »

Sous la conduite du belgo-camerounais NDONGO ALO’O Firmin, 1er Echevin (1er Adjoint au Maire) et Représentant personnel du Bourgmestre (Maire) de la ville de Beaumont, Bruno Lambert ; de Mme Christine Mormal 2ème Echevine et du Bourgmestre Honoraire M. Charles DUPUIS, une forte délégation belge a séjourné dans la ville d’Ambam du 19 au 23 juillet 2019. Déjà le 20 juillet, la délégation conduite par Monsieur NDONGO ALO’O , natif d’Ambam, a eu l’occasion de vivre en sons, images et témoignagesla richesse culturelle matérielle et immatérielle des peuples Ekang du Cameroun, du Gabon, de la Guinée-Equatoriale et du Congo Brazzaville exposée sur la scène des activités du Festival Mvet-Oyeng, à l’occasion de la cérémonie de clôture.

Dans la suite de cette visite d’amitié et de travail, le Bourgmestre de la ville de Beaumont, par l’entremise du 1er Echevin, M. NDONGO ALO’O Firmin et le Maire de la ville d’Ambam, Monsieur Hyacinthe MBA MBO, ont procédé le 22 juillet dans la salle des banquets de l’Hôtel de ville à la signature d’une convention de coopération décentralisée entre les deux villes. « Il s’agit d’une coopération qui concerne tous les domaines. La bonne gouvernance, les questions administratives, la culture, la santé, les échanges relatifs aux problèmes des jeunes, aux questions environnementales et économiques », précise M. NDONGO ALO’O, avant de montrer son penchant pour la gestion de la vie publique. Il faut noter que le projet de jumelage aujourd’hui réalisé est le fruit des performances intellectuelles et politiques du digne fils du village Nsakoua dans l’Arrondissement d’Ambam qui, après ses études primaires et secondaires au pays, est allé étudier en Europe où il est devenu un grand médecin et le premier adjoint au Maire de la ville Beaumont en Belgique. Depuis sa deuxième patrie belge, il n’a visiblement pas oublié la commune d’Ambam dont il est originaire. Le représentant du Bourgmestre est celui qui a initié et facilité, au nom de son amour pour « la terre de nos ancêtres », ladite convention de jumelage. En fait, « Je n’ai jamais oublié mon village. Quand je suis devenu 1re Echevin (1er Adjoint au Maire) j’ai pensé faire bénéficier de mon expérience et mon expertise à toute la commune d’Ambam », s’est-il exprimé.

Règlement de comptes musclé

Des couteaux et des coutelas, MBA MBO en sait faire usage. Et l’occasion offerte par la signature de convention qui lie désormais les municipalités d’Ambam et de Beaumont a été fatale pour plusieurs cibles. Pour le chef de l’exécutif d’Ambam, l’aboutissement de « ce long processus qui a commencé le 14 aout 2014 à travers la signature par l’ensemble des conseillers municipaux d’une délibération autorisant le Maire à signer une convention de jumelage avec la ville de Beaumont », est un objet de satisfaction. Mais quoique satisfait, Hyacinthe MBA MBO n’a pas loupé plus d’un « adversaire ». D’abord à l’endroit de la diaspora dite « négative » qui ternit l’image du Cameroun aux yeux monde à travers le pillage des institutions de la république et les hommes qui les incarnent, « Je voudrais dire que le Président de la République a mis en place la décentralisation. Ils sont libres d’aller contribuer au développement de leur villages comme le fait Monsieur NDONGO ALO’O Firmin qui a été mobilisé par le maire en poste », a-t-il lancé. « Que ceux qui sont mécontents aillent dans leur villages pour les développer, au lieu de passer le temps à accuser le pouvoir en place », a-t-il poursuivi. Après la diaspora « négative », le Maire d’Ambam n’a pas raté les détracteurs des autorités municipales, à commencer par les siens dont il a dénoncés les coups-bas avant de les inviter à le soutenir. « Lorsque quelqu’un est élu, la personne est élue non pas pour elle-même, mais pour travailler pour la communauté. Ça ne sert à rien de combattre, de jeter les peaux de bananes à ceux qui sont élus. Lorsqu’un élu a déjà été choisi par les populations, mêmesles adversaires doivent le soutenir. Car le travail effectué à la tête de la municipalité n’est pas son travail. Les hommes passent mais les institutions restent », a-t-il cru enseigner. Pour la tutelle directe, Monsieur le Préfet du Département de la Vallée du Ntem KONGUEH HANDERSON QUETONG, les populations doivent reconnaissance aux dignes fils que sont Messieurs MBA MBO qui ne cesse qui de batailler pour sa commune et NDONGO ALO’O dont l’exemple doit faire cas d’école auprès des compatriotes vivant à l’étranger.

Facebook Comments