Education de Base: Le Minedub corrige les programmes

0
658
Etoundi Ngoa
TCL TV

Laurent Serge Etoundi Ngoa met en place des nouveaux curricula à l’enseignement maternel et primaire.

Le ministre de l’Education de base (Minedub), Laurent Serge Etoundi Ngoa, informe la communauté éducative que, suite aux difficultés observées sur le terrain, les nouveaux curricula de l’enseignement maternel et primaire seront opérationnalisés progressivement et par niveau. «En effet, dès ma prise de fonction au Minedub, il m’a été fait état de beaucoup de faiblesses liées à l’application desdits programmes». On peut signaler, entre autres, l’insuffisance des enseignants et la faible application des nouveaux programmes à tous les niveaux de la chaîne de supervision pédagogique. Par ailleurs, les éditeurs ont des difficultés à produire du coup plus de 80 livres arrimés aux nouveaux curricula. En laissant cette situation évoluer, le travail risque d’être fait à la hâte et avec moins de sérieux.

Ainsi, il a été élaboré au Minedub, un plan de recyclage pour tous les enseignants et à tous les niveaux. Par conséquent, le Minedub envisage appliquer les nouveaux curricula progressivement en commerçant par le niveau I en 2020/2021. Cette décision a été accueillie avec enthousiasme au sein de la communauté éducative. «Nous n’étions même pas encore entré en contact avec ce programme. Et n’avons nullement été formés à son utilisation. Il nous fallait une période d’adaptabilité. Heureusement que le nouveau ministre de l’Education de base, a corrigé la copie de son prédécesseur», indique un enseignant.

L’ex ministre de l’Education de Base, Youssouf Adidja Alim, voulait faire passer en force ce programme. «Ce passage en force devait sans doute éclipsé le mérite de ce programme salutaire. Basé sur l’approche par la compétence, il s’illustre par la place de choix accordé au développement personnel dans l’enseignement de base», ajoute-il. «Il s’agit d’un parfait outil de pilotage et d’apprentissage par projet et par centre d’intérêt», décrypte l’enseignant. Si les instituteurs des grandes villes du Camerounais avaient d’ores et déjà été empreints du nouveau document, ceux de l’arrière-pays attendent encore de le découvrir. Pour se racheter, l’ex ministre de l’Education de base, voulait envoyer par adresse électronique les projets et centres d’intérêt aux enseignants», indique un enseignant.

Projet irréaliste si l’on s’en tient à la fracture numérique. «La majorité d’entre nous ne dispose pas d’adresses e-mail. Il nous faut des supports physiques et le temps de s’en imprégner, et c’est ce que le nouveau est en train de faire», conclut-t-il.

Facebook Comments