Exercice dévoyé des libertés publiques: Le Minat fait le procès des médias et des ONG

Il leur demande de rectifier le tir avant qu’il ne soit trop tard...

0
288
TCL TV

« Les autorités administratives ont attiré mon attention sur de nombreux organes de presse à Douala qui organisent des débats hebdomadaires. Ils ont un objectif principal qui est simplement de saboter l›action du gouvernement, de promouvoir les tendances sécessionnistes. Je les exhorte à être responsables… Je demande une fois de plus aux responsables de ces chaines de télévision qui organisent sciemment, je dis bien sciemment, ces débats qui ont pour but de saper l’action gouvernemental, saper le moral des forces de défense et de sécurité, de rectifier le tir avant qu’il ne soit trop tard »

« Les autorités administratives ont attiré mon attention sur de nombreux organes de presse à Douala qui organisent des débats hebdomadaires. Ils ont un objectif principal qui est simplement de saboter l›action du gouvernement, de promouvoir les tendances sécessionnistes. Je les exhorte à être responsables », a déclaré le Minat pour justifier la présence dans l’ordre de ce sujet. Au sujet de la gestion de l’espace public et des libertés consacrées par le droit positif camerounais, le Minat au fait de certaines dérives qui semblent faire leur lit dans la capitale économique, s’est voulu ferme. « Je demande une fois de plus aux responsables de ces chaines de télévision qui organisent sciemment, je dis bien sciemment, ces débats qui ont pour but de saper l’action gouvernemental, saper le moral des forces de défense et de sécurité, de rectifier le tir avant qu’il ne soit trop tard » a-t-il poursuivi. C’était le lieu pour Paul Atanga Nji de mettre en garde certaines organisations non gouvernementales qui se livrent à des activités sans scrupules de respecter le contrat qu’elles ont signé avec le ministère de l’Administration territoriale sous peine d’être suspendues.

Il est donc question pour les représentants d’organisations non gouvernementales et les professionnels des médias à être responsables et à contribuer à leur propre quota d’édification de la nation. Paul Atanga Nji a exhorté les organes de presse privés basés dans la région littorale à être plus responsables dans la manière dont ils mènent leurs activités – les averti de construire et non de détruire la nation au cours de leurs émissions hebdomadaires de débats. Ils doivent à cet effet éviter les propos désobligeants qui discréditent l’action du gouvernement.

Quant aux partis politiques, reconnus par la Constitution du Cameroun, comme institutions concourant à l’expression du suffrage, ils ont été appelés à respecter les lois de la république tout en s’abstenant de toute activité qui pourrait pousser l’Etat à les suspendre. Les autorités administratives doivent donc accompagner et encadrer les partis politiques en s’assurant qu’elles mènent leur activité dans le strict respect des lois et des règlements de la République. Mieux que dans le passé, les autorités sont appelés à accompagnés les citoyens dans leurs activités en s’assurant que chacun trouve la juste récompense de ces efforts au quotidien. Car le bien-être des citoyens camerounais est un souci constant et permanent du chef de l’Etat.

Les autorités administratives et les responsables des forces de maintien de l’ordre devront alors activer tous les renseignements à même de permettre à la plus haute autorité de la république d’agir rapidement afin qu’aucune activité insurrectionnelle ne prospère ni dans la ville de Douala et dans aucune autre Ville de la République. Le Cameroun est un pays démocratique de paix et de liberté, les citoyens tous entiers doivent faire bon usage de ses libertés. D’où l’instruction du chef de l’Etat « vigilance de tous les instants ». Pour respecter le mot d’ordre du chef de l’Etat, le Ministre a recommandé l’utilisation de tous les canaux légaux en vue de l’obtention des renseignements stratégiques devant permettre de neutraliser en temps réel tous complots contre les institutions républicaines.

Facebook Comments