Opération Epervier: L’affaire Bernadette Mebe Ngo’o

0
185
TCL TV

Ecrouée depuis le 11 mars 2019 aux côtés de son époux pour complicité dans une affaire de détournement présumé de fonds publics, dans le cadre de l’achat de matériels militaires pour l’armée, l’épouse de l’ancien ministre délégué à la Défense ; admise à l’hôpital central de Yaoundé dans un état inquiétant, paie le lourd tribut des complicités maffieuses des ennemis de son époux.

On a reparlé de la tapageuse affaire Mebe Ngo’o. Depuis le début de la semaine, les colonnes de certains journaux ont ressuscité ce dossier dont les contours restent encore flous pour certains observateurs et autres analystes de l’Opération Epervier. L’attention portée par la presse sur cette scabreuse affaire n’est pas sans raisons puisque l’état de santé de Bernadette Mebe Ngo’o, qui partagemalaisément ses journées et ses nuits avec certains « gros poissons » de l’opération d’assainissement des mœurs publics qui l’ont précédé dans le tristement célèbre pénitencier de Kondengui, est des plus alarmantsPrivée de liberté et attendant impatiemment que son dossier soit enfin ouvert au Tribunal criminel spécial (Tcs) à Yaoundé, l’épouse de l’ex ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense souffre le martyre.

Elle qui a été admise, dans un état jugé alarmant, samedi 25 avril dernier au Centre des urgences de l’hôpital central de Yaoundé (Cury). « Son état ne cessant de susciter des inquiétudes auprès de ses geôliers, l’épouse de l’ancien ministre délégué de la Défense a été extraite de sa cellule, sise au quartier 5 de la prison centrale de Yaoundé-Kondengui pour des faits présumés de complicité de détournement de fonds publics », rapporte une source au sein de la prison. Pour l’heure, rien n’a jusqu’à présent filtré sur les causes de sa maladie. Tout ce qu’on sait, c’est que son état de santé est des plus préoccupants et nécessiterait une prise en charge minutieuse.

Règlement de compte

Ecrouée dans l’inconfort de Kondengui, la concernée aura, à plusieurs reprises ces derniers mois, essuyé plusieurs malaises cardiaques. « Ce fut déjà le cas quelques jours avant son interpellation, où Bernadette Minja Nkoulou, de son patronyme, fut internée dans une clinique de la capitale.Elle eut également un autre malaise, quelques mois seulement après son internement à la prison centrale de Yaoundé et fut conduite, comme c’est à nouveau le cas en ce moment, à l’hôpital central », écrivent nos confrères d’Infos Matin. «Le médecin de la prison la suit et, s’il y a nécessité d’un examen approfondi, il avisera», avait expliqué, dans les colonnes de Cameroon Tribune, le régisseur Fredy Armand Medjo.Ce qu’il y’a de cynique dans l’affaire Mebe Ngo’o c’est que certaines personnes tapies dans l’ombre continuent d’user de leur pouvoir pour continuer à rendre la vie dure à l’épouse de l’ex Mindef et ainsi régler leur compte à cet administrateur civil chevronné. Des sources dignes de foi révèlent que ces prédateurs auraient même pour ambition de mettre l’administration carcérale sous leurs bottes dans l’optique d’agir à leur guise et piloter le dossier comme bon leur semble. Un funeste dessein qui pourrait expliquer la complexité de cette affaire qui n’a pas fini de faire des émules au sein du sérail.

Femme active et généreuse, elle a choisi de souffrir en silence. En début mai 2019, des réseaux sociaux allèrent jusqu’à annoncer son décès. Annonce qui avait soulevé une vague d’émotion dans le pays. Notamment, chez les nombreux bénéficiaires de ces activités caritatives.Très active sur le terrain social et très pieuse aussi, Mme Mebe Ngo’o par- tageait, au quotidien, avec les démunis, ce que Dieu lui a permis d’avoir. C’est au sein du Cercle des amis du Cameroun (Cerac), fondé par la première Dame du Cameroun, Mme Chantal Biya, que cette femme aussi discrète qu’entreprenante, faisait parler sa fibre humanitaire et sociale.

Dynamisme et ingéniosité

Sur le plan politique, la tendre moitié de l’ex-délégué général à la sûreté nationale s’est également illustrée, appuyant de son dynamisme et de son ingéniosité le rayonnement du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) tant dans son Sud natal qu’à Yaoundé, son lieu de résidence. Discrète par nature, elle ne s’est très régulièrement affichée en public. Mais les personnes averties n’ignoraient point que cette fervente défenseuses des idéaux du chantre du Renouveau comptaient parmi les artisans des victoires électorales du parti de la flamme dans le Sud. Aujourd’hui engagée dans un combat contre la douleur, son tourment s’apparente à celui de son époux.

Lui qui continue de clamer son innocence et celle de ses trois coaccusés (Mbangue Maxime Léopold, Mboutou Elie Ghislain Victor et Menye Victor Emmanuel) alors que certains de ses bourreaux recrutés parmi des pontes du régime, manœuvrent sous cape pour enfoncer leur camarade placé sous mandat de dépôt au quartier spécial 14 à la prison centrale de Kondengui. Le rouleau compresseur est en marche pour dire le moins.Après avoir fait feu de tout bois pour couler l’infortuné, le dossier piétine. Des sources concor- dantes rapportent que l’objectif de cer- tains réseaux tapis dans l’ombre, est de le maintenir au maximum en prison. A suivre

Franck ESSOMBA, Le Messager

Facebook Comments