Cameroun: La Guinée-Equatoriale ridiculise Amougou Belinga

0
156
TCL TV

C’est l’esprit d’un communiqué diffusé sur les antennes de la chaine de télévision publique équato-guinéenne, le 20 août 2020. Le gouvernement équato-guinéen accuse le pape des médias d’avoir diffusé « des fausses informations » le concernant sur sa chaîne de télévision, Vision4.

Le ministère équato-guinéen des Affaires étrangères ne reconnaît aucune contribution du PDG du Groupe l’Anecdote dans la neutralisation d’un groupe de mercenaires fin 2017 à Kye-Ossi. Il dément aussi avoir remis 15 milliards de F CFA pour partage au patron de médias et au délégué général à la sûreté nationale du Cameroun. Exhaustif

Des « Manœuvres » pour « brouiller » les bonnes relations entre la Guinée Equatoriale et Cameroun . C’est dans ces termes que le gouvernement équato-guinéen, par le biais du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, a qualifié cette semaine les rumeurs relayées par des médias camerounais sur un supposé partage inéquitable de butin qui a amené Amougou Belinga à s’en prendre dans son groupe de presse au patron de la police camerounaise,Martin Mbarga Nguele.

Dans cette mise au point signée par les services de communication du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération de Guinée équatoriale le 19 août, le voisin du Cameroun dément “catégoriquement” les allégations seront lesquelles Amougou Belinga aurait joué un rôle dans l’interpellation de mercenaires – fin 2017 à Kye-Ossi – qui préparaient un coup d’Etat en Guinée équatoriale. 

Le ministère des Affaires étrangères « nie » le don d’un montant de 15 milliards de F CFA qui s’en serait suivi, pour partage entre le patron du groupe de presse L’Anecdote et le Délégué général à la sûreté nationale du Cameroun; pactole qui aurait mal tourné au détriment d’Amougou Belinga et qui aurait provoqué l’ire de ce dernier contre Martin Mbarga Nguele.

Le démenti porte aussi sur une somme de 50 millions de F CFA qui aurait été remise en mains propres au DGSN.

Il s’agit de propos de « mauvaise foi » et relayés avec « de mauvaises intentions » pour nuire à la réputation de la Guinée Equatoriale, s’est indigné le ministère des Affaires et Etrangères et de la Coopération. L’institution affirme qu’elle se réserve le droit de poursuivre en justice Amougou Belinga et Vision 4.

Facebook Comments