Cameroun: La pratique du bilinguisme est bien partie

0
126
TCL TV

La première descente d’évaluation de la mise en œuvre de la loi sur le bilinguisme dans les ministères effectuée ce 24 août par certaines équipes de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), leur a permis de constater certaines améliorations.

Des bons points pour la promotion du bilinguisme au sein de nombreux ministères. C’est le cas au ministère des Enseignements secondaires où David Abouem à Tchoyi à la tête de la 6ème équipe d’évaluation, a observé que les usagers s’efforcent à écrire et à s’exprimer dans les deux langues officielles, l’anglais et le français.

Pour ce membre de la CNPBM, « les ministères chargés de l’éducation de manière générale, sont le creuset où se forme le bilinguisme national. Nous nous sommes rendus compte que les efforts sont faits malgré les difficultés pour que le bilinguisme soit effectif, non seulement dans les services publics mais aussi dans les établissements scolaires » a-t-il déclaré.

Le multiculturalisme en marche

David Abouem à Tchoyi a également salué la promotion des langues maternelles par le ministère des Enseignements secondaires au sein des collèges et lycées. « Nous avons aussi constaté que la récente loi sur les langues nationales, la promotion des langues officielles a été bien acclimatée dans ce ministère et ils ont déjà pris des mesures pour qu’elles soient appliquées à la lettre et selon les normes et standards en vigueur » s’est-il réjoui.

Beaucoup reste à faire…

La promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, un défi qui interpelle tous les Camerounais. L’objectif étant de donner du concret à la loi de décembre 2019 sur les langues officielles. En tant qu’instances décisionnelles et de production des documents administratifs, les ministères sont ainsi appelés à jouer leur partition. C’est la conviction de Mgwane George Esambe, membre de la Commission d’évaluation sur le terrain ce lundi. Au ministère des Finances, il a relevé que «Les ministères du gouvernement sont censés être le moteur du bilinguisme au Cameroun parce que les utilisateurs interagissent toujours avec les ministères. Les utilisateurs anglophones et francophones doivent pouvoir se faire une idée de leurs droits linguistiques au sein de chaque ministère ». Cette descente couplée à la sensibilisation de l’opinion sur les conséquences des discours de haine sur les réseaux sociaux, mobilise 13 équipes de la CNPBM pour 38 départements ministériels. Elle s’achève le 28 août 2020.

Par Dieudonné Zra

Facebook Comments