Cameroun – Année Scolaire 2020-2021 : Avec le Covid-19, tout est bouleversé

0
157
TCL TV

50 élèves par classes, le système de mi-temps, les cours à distance et bien d’autres mesures spéciales sont annoncées par le Ministre des enseignements secondaires dans certains établissements pour le compte de l’année académique 2020-2021.

Le ministre des Enseignements secondaires a présidé mercredi à Yaoundé, la cérémonie de la rentrée pédagogique solennelle au Lycée Bilingue de Nkolbisson. Au cours de cette cérémonie, le Minesec a fixé le cap de la nouvelle année qui doit commencer le 5 octobre 2020. Au moment où les élèves s’apprêtent à renouer avec les classes, il faut signaler le contexte inédit marqué par le Coronavirus. Toute chose qui impose la prise des mesures visant poser une chape de plomb sur la propagation de la maladie avait déjà imposé une trêve à l’années scolaire qui vient de s’achever entre mars et mai 2020. Ainsi, à partir du 5 octobre 2020, « le public va assister à quelque chose de différent », annonce-t-on au ministère en charge des enseignements secondaires.

Le ministre, dans sa déclaration, a évoqué « les cours dispensés virtuellement, les cours dispensés le matin et le soir, des élèves répartis en groupes ». « Tous nos élèves ne viendront plus au même moment. Je parle également des cours qui seront dispensés à distance », a indiqué Mme Nalova Lyonga. Concernant l’occupation des espaces, seuls 50 élèves par salle sont requis. Ceux des établissements qui n’ont pas suffisamment d’espace pour accueillir ce nombre d’élèves par salle de classe pourront maintenir cette configuration, a indiqué le Minesec avant de souligner qu’au-delà de 50 élèves, il faudra instaurer le système de mi-temps pour gérer les différents groupes formés.

Selon les explications du Minesec, le premier groupe qui termine les cours autour de 12h30 cède la place au second qui va aller jusqu’à 16h45. A côté de ce système de mi-temps pour les cours en présentiel, le patron des enseignements secondaires a évoqué les cours à distance. En effet, c’est le groupe qui reçoit les cours en présentiel dans la matinée qui va continuer à les suivre à distance dans l’après-midi. Et vis-versa.

Des mesures et bien d’autres qui vont mobiliser tous les maillons de la chaine éducative dans ce contexte particulier du Coronavirus. Inspecteurs pédagogiques, enseignants, élèves et parents invités par ailleurs à la maitrise des nouvelles technologies. Toutefois, il faut déjà pouvoir en posséder les outils avant de les maitriser. Et une fois réussi l’exploit de s’acheter un smartphone ou un ordinateur, la nécessité sera celle pour le camerounais moyen de pouvoir se payer l’accès internet, hors mis celle de la fourniture en énergie électrique qui reste un luxe dans les coins reculés du pays, pendant que les certaines villes font face aux coupures intempestives. Comme quoi, le gouvernement et ses partenaires devraient peut-être faire bénéficier aux camerounais majoritairement modestes d’un réel accompagnement. 

Facebook Comments